L1: Monaco s’impose à Metz en infériorité numérique

Les Monégasques affichent leur joie sur le but de Benoit Badiashile #32) contre le FC Metz à Saint-Symphorien, le 30 août 2020
/ © 2020 AFP

Monaco, qui a disputé presque toute la seconde période en infériorité numérique, a décroché sa première victoire de la saison sur la pelouse de Metz (1-0), dimanche lors de la 2e journée de L1.

Une semaine après avoir arraché le nul (2-2) face à Reims, le club de la Principauté a confirmé sa montée en puissance et l’a emporté grâce à un nouveau but de son défenseur Benoit Badiashile (22e).

Les Monégasques ont, dans l’ensemble, dominé une première période assez pauvre avant de résister devant les assauts lorrains lors du second acte.

L’ASM, qui a pris sa revanche sur Metz qui lui avait infligé un cinglant 3 à 0 la saison dernière, remonte à la 3e place (4 points) du classement dominé par Nice (6 pts).

Portés sur l’offensive d’entrée, les Monégasques ont toutefois dû annihiler quelques piques messines avant de trouver l’ouverture sur un coup franc de Sofiane Diop, qui venait de remplacer Aleksandr Golovine, touché à la cuisse gauche.

Badiashile, déjà buteur le week-end dernier, a repris victorieusement le ballon, que la défense mosellane n’avait pas dégagé (0-1, 22).

Puis la frappe d’Aurélien Tchouameni a été sortie par Alexandre Oukidja au prix d’une belle horizontale (41e).

Dès le retour des vestiaires, l’ASM a subi un coup dur avec l’exclusion de Youssouf Fofana pour un second avertissement (47e), obligeant l’équipe azuréenne à disputer presque toute la deuxième période en infériorité numérique.

Les joueurs du Rocher ont alors résisté face aux tentatives messines, à l’image d’une frappe sur le poteau de Fabien Centonze et dans la foulée, d’une tête d’Ibrahima Niane repoussée in extremis par Benjamin Lecomte (61e).

Le portier monégasque a ensuite réalisé deux superbes parades sur une reprise de Vincent Pajot (80e) et un coup-franc de Papa Ndiaga Yade au bout du temps additionnel (90e+4) pour préserver le succès des siens.