L1: Milik approche l’OM de la Ligue Europa

Les attaquants de Marseille Florian Thauvin (g) et Arkadiusz Milik après un but du second contre Angers, le 16 mai 2021 au stade Vélodrome
Par Stanislas TOUCHOT / © 2021 AFP

Incapable de se mettre à l’abri avant le temps additionnel, l’OM s’est fait peur avant de battre Angers 3-2 dimanche soir au Stade Vélodrome grâce à un triplé de Milik, qui place les Provençaux à un pas de la Ligue Europa.

L’absence de maîtrise, l’incapacité à tuer les matches, les buts dans les dernières secondes et… la classe de Milik. Les matches de l’OM se ressemblent un peu en cette fin de saison, avec des défauts récurrents et quelques qualités à cultiver.

Mais dans le chaos de la fin de match au Vélodrome, avec l’expulsion de Jorge Sampaoli, furieux, et un penalty accordé à l’OM après un interminable vérification à la VAR, les coéquipiers de Steve Mandanda ont trouvé ce qu’ils cherchaient.

Leur victoire, conjuguée aux défaites de Rennes et Lens, leur offre en effet quasiment la 5e place et la qualification pour les poules de la Ligue Europa qui va avec.

Un point leur suffira dimanche prochain à Metz pour valider leur qualification, qui ne peut désormais plus leur échapper qu’en cas de lourde défaite couplée à un net succès lensois.

Après deux matches sinistres contre Strasbourg (1-1) et à Saint-Etienne (défaite 1-0), Sampaoli avait procédé à quelques changements, d’abord pendant la semaine avec les mises à l’écart de Cuisance, Khaoui ou Germain, puis sur le terrain avec pour la première fois depuis son arrivée, une défense à quatre.

Le changement de système a probablement moins pesé que la faiblesse des Angevins, arrivés à Marseille sauvés et diminués, mais l’OM a en tous cas livré une excellente première période, pleine d’envie, de vitesse et d’occasions.

Huit pour Milik

Thauvin, salué par les supporters du virage Sud qui avaient installé pour lui un beau tifo “A jamais Marseillais, FLO 26”, a été le premier à entrer en scène avec une frappe du gauche (5e).

Milik a ensuite ouvert le score de la tête (8e) sur un centre parfait de Lirola, lui-même bien lancé par Payet, puis c’est Bernardoni qui a sauvé les Angevins d’une avalanche.

Brillant, parfois avec l’aide des Marseillais qui ont pris sa grande carcasse pour cible, le gardien du SCO a mis en échec Payet (12e), Lirola (12e), ou encore Sakai, surpris de voir sa tête détournée sur la barre, Thauvin (39e) et Milik (41e).

Un nouveau but du Polonais était aussi refusé pour un mini-hors-jeu et il fallait une frappe de peu à côté du milieu angevin Bobichon (34e) pour que l’on se rappelle que l’OM n’avait pas tué le match.

Les Marseillais ont cru le faire rapidement après la pause quand Milik, encore lui, a profité d’un délicieux service sans contrôle et plein axe de Payet pour tromper Bernardoni (49e, 2-0).

Mais l’OM ne sait pas vivre dans la sérénité et s’est fait très peur, avec d’abord un but de Pereira Lage sur le 2e temps d’un corner (2-1, 57e) puis un but de Thomas après un téléscopage entre Mandanda et ses défenseurs (87e, 2-2).

Thauvin était alors déjà sorti sans le but dont il rêvait sans doute avant de partir au Mexique, lui qui ne disputera pas le dernier match de la saison et dont l’aventure marseillaise a donc pris fin ce dimanche après huit ans.

Ses coéquipiers lui ont finalement évité une fin en queue de poisson: le jeune Dieng a obtenu le penalty que Milik a transformé pour son 8e but de la saison en L1, déjà. Ca n’est que la Ligue Europa, mais l’OM y est presque.