L1: Marseille se relance en beauté et se remémore Tapie

Marseille, large vainqueur de Lorient au stade Vélodrome avec notamment deux buts de Mattéo Guendouzi, le 17 octobre 2021
Par Olivier LUCAZEAU, Jean DECOTTE / © 2021 AFP

Renversant contre Lorient (4-1), Marseille a renoué avec la victoire et le podium de Ligue 1 dimanche, à une semaine du classique face au Paris SG, communiant avec le stade Vélodrome dans un émouvant dernier hommage au “Boss” Bernard Tapie, décédé début octobre.

Illuminé par les caviars de Dimitri Payet, double passeur décisif, voilà l’OM relancé grâce à une frappe déviée de Boubacar Kamara (27e), une tête lobée de Mattéo Guendouzi (56e), également à la manoeuvre sur l’ultime but (90e+2), et un coup de patte du revenant Arkadiusz Milik (85e).

C’est la première défaite lorientaise depuis deux mois et la première victoire olympienne depuis un mois, à point nommé pour Marseille dans un rude enchaînement de matches (sept en 22 jours), dont un déplacement chez la Lazio, jeudi à Rome en Ligue Europa, puis le choc OM-PSG dimanche prochain.

“On se devait de gagner en hommage à Bernard Tapie et c’est ce qu’on a fait”, a savouré le défenseur marseillais William Saliba au micro d’Amazon Prime Video. “On sait qu’on a un calendrier très corsé en octobre donc cette victoire nous fait du bien.”

Revoilà l’équipe de Jorge Sampaoli sur le podium de la L1 (17 pts, un match de moins), juste derrière Lens (2e, 18 pts) et devant Nice (4e, 16 pts), qui ont tous les deux chuté ce week-end lors de la 10e journée.

Scénario contraire

De quoi donner du baume au coeur aux Marseillais, endeuillés le 3 octobre par le décès de Bernard Tapie, emblématique ex-président du club (1986-1994) et patron de l’équipe victorieuse en 1993 de la première (et seule) Ligue des champions de l’histoire du football français.

C’est un Vélodrome pavoisé d’hommages au “Boss” qui a porté le onze olympien dimanche, en dépit d’un scénario contraire qui a vu Lorient ouvrir le score sur penalty après une perte de balle grossière de Kamara dans l’entrejeu.

Armand Laurienté s’est chargé de transformer la sentence (13e), contraignant l’OM à s’exposer davantage et à subir les contres des “Merlus”. Dans ce registre, le gardien marseillais Pau Lopez, encore préféré à l’icône Steve Mandanda, a brillé par sa vigilance et ses parades (21e, 32e, 50e).

Quant à Kamara, il a su se rattraper: le milieu défensif a égalisé d’un tir détourné par un adversaire (26e) après une merveille d’inspiration de Dimitri Payet, qui a laissé filer le ballon derrière lui.

Payet déterminant

Le meneur de jeu réunionnais, décrit vendredi par Jorge Sampaoli comme son “joueur-clé” et “leader technique”, a d’ailleurs justifié les éloges de son entraîneur dans une partie longtemps cadenassée.

Ses gestes techniques, entre dribbles et roulettes, ont mis à mal la défense lorientaise, sa frappe à angle fermé aurait mérité mieux (5e), de même que sa remise pour Valentin Rongier alors qu’il aurait pu frapper lui-même.

Mais sur le corner qui a suivi, Payet a déposé le ballon sur la tignasse de Mattéo Guendouzi, qui a marqué d’une tête lobée splendide (56e).

Et le N.10 a encore été déterminant en lançant dans l’axe Arkadiusz Milik, de retour comme titulaire après une longue blessure. L’avant-centre polonais a conclu d’un tir croisé (85e) et ravivé sa connexion avec Payet, si fructueuse au printemps dernier.

Quant à Guendouzi, toujours aussi précieux dans son style combatif, il a été récompensé sur le dernier but en fin de rencontre (90e+2), sa frappe ayant été déviée contre son camp par Houboulang Mendes.

Bref, mis à part l’interruption de la rencontre pendant quelques secondes à l’heure de jeu en raison d’un jet de projectiles venus des tribunes, la fête marseillaise a été parfaite.

Et la mémoire de Bernard Tapie, “Boss pour l’éternité” selon une banderole, “A jamais dans nos coeurs” d’après un T-shirt porté par les joueurs à l’échauffement, a été saluée une ultime fois par un tour d’honneur mérité des Olympiens.