L1: Marseille à Strasbourg pour se relever

Malgré le surnombre autour de Jesus Corona, les Marseillais se sont lourdement inclinés face au FC Porto en Ligue des champions, le 3 novembre 2020 au stade du Dragon
Par Emmanuel BARRANGUET / © 2020 AFP

Dépassé en Ligue des champions, l’Olympique de Marseille retrouve son jardin, la Ligue 1, avec un déplacement davantage à sa portée à Strasbourg, vendredi (21h00) en ouverture de la 10e journée.

La bouillie de football livrée à Porto (3-0) peut-elle servir d’engrais?

L’OM doit se relever du cataclysme qui a dévasté les récoltes patiemment arrosées par son entraîneur André Villas-Boas pendant une saison pour retrouver enfin la C1.

Incapable de marquer le moindre but ni le moindre point, battu aussi par l’Olympiakos (1-0) et Manchester City (3-0), l’OM ne doit pas lâcher.

Pressé de questions en conférence de presse autour du désastre dans sa ville natale, Villas-Boas n’a “rien à ajouter, c’était un match pathétique”.

“On n’était pas au niveau, vous avez vu que ce n’était pas le système, pas Payet en N.10… On a perdu parce qu’on était tellement mauvais qu’on a rapporté une défaite honteuse et ridicule”, tranche-t-il.

Mais les critiques qui ont plu sur l’OM “ne nous empêchent pas de travailler”, martèle-t-il. “On sait très bien qu’on n’a pas été à la hauteur du club, moi le premier. Il faut se réveiller”.

“AVB” a ouvert sa séance d’entraînement jeudi par une grande discussion avec ses joueurs, pour faire le point.

“Le foot, on ne l’a pas perdu”

“Il faut qu’on se parle”, embraye Michaël Cuisance. “A chaud, ce n’est pas toujours bien”, mais deux jours ont passé. “Premièrement”, explique-t-il, “il faut tous se remettre en question, c’est le travail d’un pro. Deuxièmement on a un match demain (vendredi), on n’a pas le temps pour le doute, il faut parler sur le terrain”.

“On doit vite se remettre au boulot”, lance le milieu de terrain, Strasbourgeois de naissance.

Cuisance veut relativiser la crise de confiance. “Toutes équipes passent par là”, tempère-t-il.

“Le foot, on ne l’a pas perdu, ce n’est pas pour rien qu’on est à l’OM”, insiste le joueur prêté par le Bayern, qui sera titulaire au stade de la Meinau, a annoncé AVB.

“C’est une question de mentalité, de rage et de volonté de vaincre. On fait un bon début de championnat”, rappelle-t-il, “il faut continuer comme ça dès demain”.

En effet, dans son pré carré de L1, l’OM a récolté plus de points (15 en huit matches) qu’à pareille époque l’an dernier (13 pts) et reste à trois points du podium avec un match de retard.

Pas besoin de chambouler toute l’équipe ni de la “punir” par des doubles séances d’entraînement, selon Villas-Boas.

Sakai et Alvaro suspendus

“On peut faire un peu rotation, mais la trêve arrive, on n’a pas besoin d’épargner des efforts. On est plutôt frais après Porto parce qu’on n’a pas trop couru…” grince-t-il dans un sourire amer.

Il va devoir procéder à “un bricolage”, ironise-t-il encore, pour palier l’absence de deux défenseurs, Hiroki Sakai et Alvaro Gonzalez.

Le Japonais purge en Alsace son match de suspension, puisqu’il n’a pu le faire contre Lens, le match ayant été reporté car le Covid-19 a trop diminué le groupe Sang et Or.

“On ne peut pas payer à Strasbourg l’absence de Sakai, qui normalement n’avait rien à voir”, peste le Portugais.

Mais il souligne que le Racing, où brille le Marseillais Mohamed Simakan en défense, est handicapé par l’absence de son buteur, Ludovic Ajorque (suspendu).

Et si l’OM n’a pas le niveau pour la C1, il maîtrise encore en Ligue 1.

Marseille a connu un trou d’air contre Saint-Étienne (défaite 2-0), mais a battu le Paris SG pour la première fois depuis dix ans (1-0) et reste sur deux victoires maîtrisées contre Bordeaux (3-1) et à Lorient (1-0).

L’OM n’a donc pas à craindre particulièrement ce déplacement “européen” moins risqué dans la ville du Parlement de l’UE.