L1: malgré les secousses, Lille reste droit

Les joueurs lillois célèbrent l’ouverture du score, lors du match de L1, le 16 décembre à Dijon
/ © 2020 AFP

Malgré la tempête en coulisses, Lille garde le cap. Alors qu’il pourrait changer bientôt de gouvernance, le Losc a assumé son statut de leader en allant battre Dijon (2-0) mercredi, avant de recevoir le Paris SG dimanche.

L’aspect sportif de cette rencontre de la 15e journée est passé au second plan, depuis que le président Gérard Lopez a indiqué mercredi qu’il avait reçu une offre de rachat provenant d’un fonds d’investissement domicilié au Luxembourg, Merlyn Partners.

S’il vend ses parts, le dirigeant laisserait alors sa place à Olivier Létang, à la tête d’un club dont les finances inquiètent. Mais sa situation sportive, elle, demeure excellente.

Yusuf Yazici (19e) et Timothy Weah (90e+3) ont rappelé la bonne dynamique des Nordistes, qui ont gagné quatre de leurs cinq derniers matches.

De là à croire au titre… Le choc face au PSG dimanche au stade Pierre-Mauroy dira beaucoup sur la capacité des Dogues à aller chercher ce trophée, alors que les prétendants sont nombreux.

Christophe Galtier, l’entraîneur lillois, avait décidé d’aligner sa meilleure équipe à Dijon.

Les Lillois, ultra-dominateurs dès le coup d’envoi, ont rapidement trouvé l’ouverture, après deux tentatives de Yussuf Yazici (7e) et Jonathan David (11e) qu’Anthony Racioppi a réussi à repousser.

Mais le gardien suisse du DFCO n’a rien pu faire sur la frappe croisée du pied gauche du Turc, parfaitement servi par Zeki Celik, après un une-deux avec Benjamin André (19e).

Les Lillois ont continué à exercer un pressing intense, empêchant les Bourguignons de se projeter rapidement vers l’avant.

la VAR annule un penalty

Avec un peu plus d’adresse, le Losc aurait pu atteindre la mi-temps avec un avantage plus conséquent, à l’image de cette tentative de Jonathan Ikoné, dont la balle piquée a frôlé le poteau droit de Racioppi (31e).

Emoussés par les efforts fournis lors de la première période, les joueurs de Christophe Galtier se sont montrés moins percutants par la suite.

Dijon a pu prendre quelques initiatives, sans pour autant inquiéter sérieusement le gardien Mike Maignan, qui a néanmoins détourné en corner une passe en retrait mal assurée de José Fonte (59e) avant de demeurer vigilant sur un coup-franc non cadré de Bersant Celina (83e).

En fin de match, les Dogues pensaient obtenir un penalty, après une supposée faute de Bruno Ecuele Manga sur Burak Yilmaz. Mais l’arbitre, Hakim Ben El Hadj, est revenu sur sa décision après avoir eu recours à l’assistance vidéo (87e).

Lille a quand même inscrit un second but grâce à Timothy Weah, entré en cours de jeu et qui a profité d’un mauvais dégagement de Jonathan Panzo pour expédier une puissante frappe du pied droit sous la barre (0-2, 90e+3).

De son côté, la défaite de Dijon met un terme à une série d’invincibilité de trois matches (une victoire, deux résultats nuls) mais le club bourguignon n’est pas décroché dans la lutte pour le maintien.