L1: Lyon, un “onze” de base difficile à perturber

les Lyonnais se congratulent après un but de Marcelo lors du derby contre Saint-Etienne, le 24 janvier 2021 à Geoffroy-Guichard
/ © 2021 AFP

“En gagnant 5-0 un derby, tout le monde a marqué des points, je peux vous l’assurer” : Rudi Garcia entend faire vivre son effectif au maximum mais son “onze” de base semble encore difficile à perturber au fil des performances de l’OL cette saison.

Les Lyonnais, qui viennent de balayer Saint-Etienne au stade Geoffroy-Guichard, n’ont concédé que deux défaites et sont troisièmes à deux longueurs du Paris SG et de Lille au moment de recevoir Bordeaux vendredi (21H00) pour la 22e journée de Ligue 1.

Pour cette rencontre, le Brésilien Lucas Paqueta, suspendu face aux Verts, va probablement retrouver sa place, sans doute aux dépens de son compatriote Bruno Guimaraes, à la peine depuis la reprise estivale alors qu’il avait livré de très belles performances dans le mois suivant son arrivée à Lyon, en février.

“Les joueurs, ce n’est pas moi qui les mets dans l’équipe. Ils s’y mettent tout seul dans le sens où ils sont performants”, souligne Garcia en prenant l’exemple “des attaquants efficaces et qui marquent des buts, restant donc logiquement un peu plus dans le onze”.

Cinq matches en deux semaines

L’entraîneur pourra compter sur l’émulation au sein du groupe pour maintenir son équipe à un haut niveau d’exigence dans les deux semaines qui viennent, avec l’entrée en Coupe de France le 9 février à domicile contre Ajaccio (L2) et cinq matches en quinze jours.

“Ceux qui jouent moins doivent tout faire pour piquer la place de ceux qui jouent plus. C’est comme ça que ça doit marcher, sans compter que l’on peut avoir des problèmes de blessures ou suspensions et à tout moment, le remplaçant d’aujourd’hui peut être titulaire demain. Et si on a des absents, chacun doit donc faire un peu plus”, insiste encore Rudi Garcia.

En opérant ses remplacements plus tardivement qu’à l’accoutumée à Saint-Etienne dimanche, celui-ci avait cherché à envoyer un message à son effectif.

“J’ai assez souligné l’apport de ceux qui entrent en jeu de manière positive et qui nous ont d’ailleurs permis de prendre des points ou de gagner des matches comme à Rennes par exemple, pour que le message inverse (critiquer les remplaçants lorsque leur apport est insuffisant, NDLR) puisse justement marquer”, a-t-il encore plaidé.

“Ce n’est d’ailleurs pas que pour le dernier match. Il peut aussi y avoir des attitudes à l’entraînement et il était utile d’envoyer ce message pour avoir toujours des joueurs concernés par les prochains matches car nous n’obtiendrons pas les résultats à onze (joueurs). Cela a porté ses fruits pour l’instant. Nous verrons si c’est le cas dans la durée”, a-t-il ajouté.

Un milieu différent

Mais si le onze de base semble bien installé, Garcia espère toujours que les lignes ne restent pas figées pour tirer l’ensemble vers le haut.

Et il rappelle volontiers que ceux qui ont débuté la saison cet été ne sont plus tous sur le devant de la scène aujourd’hui.

“Nous avons joué le Final 8 de Ligue des champions avec un milieu qui est à 66% différent de celui de maintenant”, fait-il remarquer.

“Cela veut aussi dire que cela peut bouger. A l’image de Thiago Mendes qui n’était pas de l’aventure cet été et de son retour dans le onze. C’est lui qui, à force de performances de qualité, m’a poussé à le laisser dans l’équipe car il apporte beaucoup”, conclut l’entraîneur de l’OL.

Toutefois contre Bordeaux, Lyon devrait faire dans le traditionnel.

Outre Paqueta, Maxwel Cornet, de retour de blessure, devrait retrouver sa place d’arrière gauche alors que l’absence probable de Houssem Aouar devrait encore profiter à Maxence Caqueret, performant dans le derby.