L1: Lyon et Sylvinho face à une semaine “cruciale”

Le Lyonnais Martin Terrier bute sur le milieu de Brest Julien Faussurier lors du match nul entre les deux équipes, le 25 septembre 2019 dans le Finistère
Par Francois-Jean TIXIER / © 2019 AFP

Nantes samedi à domicile (13h30), Leipzig mercredi en Ligue des champions puis le derby à Saint-Etienne dimanche: la semaine à venir semble déjà décisive pour Lyon et son entraîneur Sylvinho, auteurs d’un début de saison inquiétant.

“C’est une semaine cruciale qui peut conditionner la suite de notre Championnat”, a reconnu le portier rhodanien Anthony Lopes face aux médias.

En raison de la faiblesse du jeu proposé, l’entraîneur brésilien Sylvinho est déjà sous le feu des critiques moins de trois mois après sa prise de fonctions. Il a déjà admis un “état d’urgence”.

Le traditionnel débriefing vidéo s’est transformé vendredi en une réunion au cours de laquelle plusieurs joueurs ont pris la parole avant de gagner le terrain avec 1h50 de retard sur l’horaire prévu pour l’entraînement.

“Nous avons bien échangé. Le plus important est que tout le monde ait bien parlé tactiquement, d’état d’esprit, donné son sentiment pour trouver des solutions. Avec les résultats obtenus récemment, une certaine confiance s’est perdue et nous nous devons de la retrouver samedi contre Nantes en affichant le véritable visage que l’on doit avoir”, a rapporté Lopes.

“Cette discussion était très importante. Même des joueurs qui n’ont pas l’habitude de parler se sont exprimés”, a-t-il également confié, évoquant un moment “très constructif permettant d’y voir plus clair pour tout le monde, joueurs et encadrement”.

Pour Lopes, “tout se passe bien dans le groupe qui vit très bien et est soudé”. “Quand le facteur chance et la confiance reviendront, nous pourrons enchaîner de nouveau les bonnes performances, et nous en sommes capables”.

Sur les huit matches officiels disputés cette saison par l’OL, après une phase de préparation calamiteuse, l’équipe lyonnaise, 11e de L1, n’en n’a gagné que deux et n’a remporté aucune de ses cinq dernières rencontres toutes compétitions confondues.

Sylvinho cherche la clé

Et forcément, comme toujours dans ce type de situation, la position de l’entraîneur devient rapidement inconfortable.

“C’est le métier qui veut ça. On le sait, dès lors que les résultats ne sont pas là, le coach est la première personne visée”, a admis Lopes.

“Entre nous et lui, ça va très bien. Il est à l’écoute”, a assuré le gardien de but, l’un des rares leaders de la formation.

“Il est un jeune entraîneur, numéro un pour la première fois. Nous avons entièrement confiance en lui. Il va trouver la solution et nous allons l’aider pour nous et pour le club. A nous, peut-être, sur le terrain, de prendre les choses en main car tout le monde est concerné par le projet”, a-t-il encore estimé.

De son côté, Sylvinho ne s’est pas étendu sur cette réunion, qu’il a seulement qualifiée de “positive”.

Il a reconnu être toujours “en recherche du système pour potentialiser les joueurs et mettre une équipe dans la réussite en fonction de l’adversaire”.

“Oui, je suis inquiet mais nous sommes proches de trouver une organisation pour le Championnat” a assuré le technicien brésilien.

Mais il lui faut faire vite car si pour l’heure le président Jean-Michel Aulas reste mesuré et discret et son directeur sportif Juninho silencieux, une mauvaise semaine pourrait fragiliser l’entraîneur.