L1: l’OM veut gagner contre Reims pour attaquer 2022 au mieux

Le défenseur croate Duje Caleta-Car (à gauche) célèbre le deuxième but de l’OM avec Matteo Guendouzi (à droite) contre Strasbourg le 12 décembre 2021 à Strasbourg lors de la 18e journée de Ligue 1
Par Stanislas TOUCHOT / © 2021 AFP

Gagner pour boucler à la deuxième place une année 2021 agitée et aborder la suivante en excellente position: pour son dernier match avant la trêve, l’OM ne vise que le succès mercredi au Stade Vélodrome contre Reims (21h00).

“Il faut gagner, c’est aussi simple que ça. On joue à domicile et on est deuxièmes. On veut rester deuxièmes à la trêve et donc il n’y a pas d’autre solution que de gagner”, a résumé mardi Mattéo Guendouzi en conférence de presse.

L’infatigable milieu de terrain marseillais a raison: l’OM a un joli coup à jouer contre Reims, même si les Champenois, collés en deuxième partie de tableau (14e), ont gagné trois de leurs quatre derniers matches en L1.

Car Marseille compte toujours un match en retard, celui arrêté à Lyon, et cette 19e journée peut lui être favorable avec des affrontements entre rivaux plus ou moins directs pour l’Europe, comme Monaco-Rennes et Nice-Lens.

L’OM s’avance aussi fort de trois victoires consécutives toutes compétitions confondues et avec l’espoir que le triplé d’Arkadiusz Milik dimanche contre Cannet-Rocheville (National 3) en Coupe de France ait fait office de déclic pour l’attaquant polonais.

Surtout, un succès mercredi validerait les progrès du jeune groupe de Jorge Sampaoli et le placerait vent dans le dos avant la reprise du championnat en janvier, marquée par un déplacement à Bordeaux qui traditionnellement n’apporte rien de très bon à l’OM.

“La joie du foot”

“Ce qu’on veut, c’est jouer la Ligue des champions l’année prochaine et donc finir dans les deux ou trois premiers”, a encore expliqué Guendouzi. “On a fait une bonne première partie de saison, même s’il reste ce match. On a fait beaucoup de bonnes choses et le bilan est positif, l’équipe a progressé. C’est intéressant et de bon augure pour la suite.”

Alors qu’il était arrivé il y a neuf mois sur un champ de ruines, l’entraîneur Jorge Sampaoli s’est lui aussi dit plutôt satisfait de la première partie de saison de son équipe, mais ne s’est pas risqué, comme Guendouzi, à fixer un objectif au classement.

“On est dans la compétition. Il y a des choses à améliorer, d’autres ont été bien faites. J’espère qu’au deuxième semestre, nous arriverons à résister au retour de certains clubs. Mais donner un objectif de moyen terme, c’est déjà problématique pour moi. Je suis concentré sur le match à venir et sur l’idée d’être préparé à tout à chaque match”, a expliqué le technicien argentin.

“C’est un match très important qui nous donne la possibilité de finir l’année à la 2e place et avec de bonnes perspectives d’avenir”, a confirmé Sampaoli.

Car le rendez-vous de mercredi peut permettre aux Marseillais de jouer placés sur trois tableaux: la vue est dégagée vers les huitièmes de finale de la Coupe de France, avec un affrontement contre les amateurs de Chauvigny (N3) le 2 janvier, et les Marseillais peuvent aussi espérer avancer en Ligue Europa Conférence avec un duel contre les Azerbaïdjanais de Qarabag.

Et pour motiver ses joueurs qui pourraient déjà avoir la tête aux fêtes, l’ancien sélectionneur de l’Argentine sait trouver les mots. “On ne peut laisser passer aucun match sans en profiter. Il ne faut jamais perdre la joie du foot. On essaie de leur rappeler que jouer un match devant un stade plein, c’est ce qui peut arriver de mieux à un sportif.”