L1: l’OM oublie Nice et surclasse Saint-Etienne

La joie des joueurs de Marseille après le but de leur attaquant turc Cengiz Ünder (c) contre Saint-Etienne, le 28 août 2021 à Marseille
Par Stanislas TOUCHOT / © 2021 AFP

Enthousiaste et offensif, porté par l’atmosphère exceptionnelle du Stade Vélodrome et la réussite de ses recrues Guendouzi, Gerson ou Ünder, l’OM a laissé derrière lui les incidents de Nice et a nettement battu Saint-Etienne (3-1) samedi lors de la 4e journée de Ligue 1.

Le public marseillais a plus d’un an d’absence au stade à rattraper et il a aussi du stock de fumigènes, de pétards et de bombes agricoles. Alors l’odeur de fumée piquait encore le nez et la visibilité était toujours réduite quand le match est parti fort d’entrée avec deux grosses occasions en deux minutes, pour Bouanga côté Verts, puis Rongier pour l’OM.

“Direction, staff et joueurs: fiers de vous”: quelques banderoles avaient aussi été déployées pour rappeler le triste chaos de Nice la semaine dernière, mais comme ils l’avaient promis pendant la semaine, les Marseillais avaient la tête au football.

Positionnés en 3-4-3, avec Valentin Rongier plutôt que Pape Gueye et Boubacar Kamara en sentinelle traditionnelle plutôt qu’en hybride milieu-latéral droit, les joueurs de Jorge Sampaoli sont bien rentrés dans le match et en ont été récompensés par l’ouverture du score signée Guendouzi (1-0, 23e).

Jeudi, l’ancien capitaine de l’équipe de France Espoirs avait plaisanté en racontant comment il avait mis son premier ballon de but marseillais “derrière la tribune” contre Bordeaux. Cette fois, il a placé sa frappe du droit à ras de terre dans le petit filet d’Etienne Green, après un beau mouvement Payet-Under-De la Fuente.

Dominateurs, avec notamment une frappe de Mattéo Guendouzi sur le poteau (39e), et pas particulièrement menacés, les Marseillais ont tout de même cédé ensuite sur une tête de Timothée Kolodziejczak après un corner remarquablement frappé par Adil Aouchiche (1-1, 32e).

Under dans tous les coups

Le résultat était assez bien payé à la pause pour des Verts alors très inoffensifs et l’OM a logiquement repris l’avantage par Gerson, auteur comme Guendouzi de son premier but marseillais avec une frappe sous la barre pleine de sang-froid (51e).

Guendouzi puis Gerson: les deux premiers buts ont rappelé que le système de Sampaoli et l’absence d’avant-centre offraient aux milieux de terrain la possibilité de venir voir dans la surface adverse ce qu’ils peuvent y glaner.

Le retour d’Arkadiusz Milik, présent en tribunes samedi aux côtés de Frank McCourt et Pablo Longoria, fera tout de même du bien, mais même sans N.9, l’OM penche franchement et avec gourmandise vers l’avant et il ne s’est pas endormi sur son avantage d’un but.

Alors que Steve Mandanda a confirmé sa montée en puissance avec plusieurs arrêts importants, les Olympiens ont continué à chercher le KO et l’ont obtenu, un peu par hasard, sur un ballon perdu par les Stéphanois et arrivé jusqu’à Cengiz Ünder, buteur d’une jolie frappe enroulée du gauche (68e).

Impliqué sur les trois buts, le Turc réussit un bon début de saison, à l’image de son équipe, qui a pris sept points en trois matches. Le quatrième n’est pas encore fini, c’est celui de Nice, et il doit se conclure devant les instances.

D’ici la prochaine rencontre le 11 septembre à Monaco, l’OM aura fini un mercato qui pourrait être encore actif d’ici mardi soir et aura enregistré les décisions de la commission de discipline attendues le 8 septembre. En attendant, il est provisoirement remonté samedi à la 5e place et a déjà posé quelques bases.