L1: l’incontournable Memphis Depay

L’attaquant néerlandais de Lyon, Memphis Depay, tire et marque malgré le retour du milieu de terrain d’Ajaccio, Mickael Barreto, lors de leur match de Coupe de France, le 9 février 2021 au Groupama Stadium à Décines-Charpieu
Par Francois-Jean TIXIER / © 2021 AFP

Capitaine et maître à jouer, Memphis Depay livre sa meilleure saison avec Lyon depuis son arrivée en janvier 2017 en provenance de Manchester United, au point d’être incontournable dans les résultats de l’OL qui reçoit Montpellier samedi en Ligue 1 (21h00).

Plus altruiste qu’auparavant, Depay est un peu devenu le baromètre de la formation de Rudi Garcia, redessinée en 4-3-3 avec le Néerlandais au poste d’avant-centre. Et tant pis si la star est en fin de contrat en juin: pour l’heure, le jeu de l’OL dépend de lui.

C’est encore l’attaquant qui a ouvert la marque contre Ajaccio (5-1), mardi en Coupe de France.

“Quand vous avez un +top player+ comme Memphis, le jour où il est bien, il est capable de délivrer des passes décisives, de marquer des buts et de rendre les autres meilleurs autour de lui. Il les rassure”, estime Garcia.

“Quand dans un groupe vous avez des joueurs qui ont déjà gagné des titres, cela fait avancer et cela nous permet de croire davantage en nous”, poursuit-il, allusion au palmarès bien garni du Néerlandais: champion des Pays-Bas (2015), vainqueur de la Coupe (2012) avec le PSV Eindhoven, puis lauréat de la Coupe d’Angleterre (2016) et de la Ligue Europa (2017) sous le maillot de Manchester United.

Reste à savoir si, en Ligue 1, Depay peut mener l’OL vers le titre alors que les Lyonnais pourraient reprendre, au moins provisoirement, la tête du classement en s’imposant contre Montpellier samedi soir pour la 25e journée.

Fin de contrat

“Il oeuvre en capitaine en donnant l’exemple sur le terrain et dans les vestiaires. Comme tout le monde, il a l’objectif d’amener l’Olympique lyonnais aux trois premières places et vers la Ligue des champions”, fait valoir Rudi Garcia.

Son avenir est pourtant incertain. En fin de contrat le 30 juin, Depay n’a jamais voulu prolonger, malgré l’insistance de son président Jean-Michel Aulas.

JMA lui voue une tendresse particulière, même si son parcours lyonnais n’a pas été linéaire depuis son recrutement pour 16 millions d’euros, il y a quatre ans.

Laissé pour compte à Manchester United après des débuts pourtant prometteurs, il a débuté à Lyon comme ailier gauche avant d’être replacé en 2018 dans l’axe où il dit se sentir plus à l’aise.

Mais son irrégularité et son individualisme ont souvent agacé, aussi bien le prédécesseur de Rudi Garcia, Bruno Genesio, que les supporters.

Des buts incroyables

Invisible sur certains matches, il a aussi été capable d’inscrire des buts incroyables comme ce lob du milieu de terrain contre Toulouse (4-0) le 12 mars 2017, et d’autres décisifs, tel ce triplé face à Nice (3-0) qui a envoyé l’OL en Ligue des champions (3e) sur la dernière journée de championnat 2017-2018.

Sur le plan des statistiques personnelles, face à Strasbourg le 6 février (3-0), Depay, en réalisant un doublé (mais aussi une passe décisive), a dépassé le total de buts inscrits par Karim Benzema avec 67 buts, contre 66 pour le Madrilène, un total désormais porté à 68 après son but contre Ajaccio.

“Je ne veux pas me comparer à Benzema, un formidable buteur, mais je suis content de mes statistiques”, a-t-il confié.

Avec un total de quatorze buts cette saison, il n’est plus qu’à une longueur de Nabil Fekir (69) et à huit de Sidney Govou (77), autres figures lyonnaises, sans oublier qu’il a déjà à son actif six passes décisives, contre neuf en 2017-2018 et dix en 2018-2019.

A trois mois de la fin de son contrat, Depay, directement impliqué sur 38% des cinquante buts de l’OL cette saison en Ligue 1, n’a jamais été aussi constant dans la performance. Il peut espérer séduire à nouveau un grand club européen, le FC Barcelone ou un autre. Son rêve affiché depuis qu’il est à l’OL.