L1: l’heure de reprendre son envol pour Camavinga, à Rennes ou ailleurs

Le milieu de Rennes, Eduardo Camavinga (d), lors d’un match de Ligue 1 à domicile contre Nîmes, le 23 mai 2021
Par David THOMAS / © 2021 AFP

Il a démarré la saison dernière sur les chapeaux de roue avant de retomber dans un relatif anonymat: qu’il reste à Rennes ou qu’il parte, Eduardo Camavinga, 18 ans, a un statut à retrouver s’il ne veut pas manquer le train du Mondial-2022.

Révélé en Bretagne en 2019, il a apporté un vent de fraîcheur dès l’été 2020 chez les Bleus: il est devenu à cette occasion le plus jeune joueur à revêtir le maillot national en plus d’un siècle, à l’âge de 17 ans et 303 jours.

Malgré un but dès sa deuxième sélection, la suite de sa saison a été “moyenne”, comme il l’a lui-même reconnu.

Aux côtés de Steven Nzonzi, le milieu relayeur a souvent peiné à peser sur le jeu comme il l’avait fait, avec aisance, lors de sa première année en Ligue 1.

Evidemment plus ciblé par les adversaires, il a eu des difficultés à trouver les angles de passe ou les projections qui finissaient par des gestes décisifs: en 39 matches toutes compétitions confondues, il compile 1 but et 3 passes décisives.

Ses débuts en Ligue des champions, handicapés par une béquille à une cuisse, sont restés mitigés.

Lui qui rêvait ouvertement d’Euro cette année s’est finalement retrouvé remplaçant lors d’un Euro Espoirs conclu par une élimination dès les quarts de finale. Et Rennes ne l’a pas libéré pour les JO à Tokyo.

Rennes au pied du mur

Dans le même temps, il a changé d’agent, passant de l’écurie de Moussa Sissoko à celle de Stella Group, dirigée par le très influent Britannique Jonathan Barnett, en vue d’un transfert promis depuis longtemps vers un grand d’Europe.

Mais si lui a besoin de définir le club où il sera le plus à même de réussir sa saison pour retrouver les Bleus en vue du Mondial au Qatar, son refus de prolonger avant fin juin un contrat qui court jusqu’à 2022 avec Rennes met le club breton au pied du mur.

Si un transfert n’est pas conclu avant le 31 août, Rennes verra son meilleur poulain s’envoler l’été prochain sans toucher la moindre indemnité.

Devant la presse, le directeur sportif rennais, Florian Maurice, se contente de marteler que le numéro 10 est “sous contrat”.

Et chaque jour charrie son lot de rumeurs contredisant la précédente: il va rester, il va partir, il va aller au Real Madrid, il va prolonger, il va signer à Manchester United…

“Allant retrouvé”

Pour l’instant, il est attendu sur le terrain au Roazhon Park le dimanche 8 août, pour la première journée de L1 contre Lens. Même si l’idée que la star puisse envisager de rester la saison prochaine sans prolonger fait grincer les dents de certains supporters.

“Eduardo est sous contrat. Pour moi, il est donc utilisable”, a expliqué l’entraîneur rennais Bruno Genesio lors d’un point presse vendredi. “Aujourd’hui, on utilise +Cama+. On verra ce qui se passe, on attend la suite des événements sereinement”.

Pour le coach, qui semble avoir pris en douceur auprès du jeune milieu la place laissée vacante par Julien Stéphan, l’entraîneur qui n’avait pas hésité à en faire très vite un cadre, Camavinga a retrouvé un peu de sérénité.

“Je le trouve plus détendu depuis le retour de notre stage en Espagne. Il a eu du mal, il a été un peu perturbé. Là, je trouve qu’il a retrouvé de l’allant, la joie de s’entraîner, de travailler. Il retrouve, petit à petit, son jeu. Et c’est le plus important”, a déclaré Genesio.

“Ce qu’il a réalisé à 18 ans, il ne peut pas avoir perdu ses qualités, son talent du jour au lendemain. Des choses parasites l’ont perturbé l’année dernière et l’ont empêché de faire une meilleure saison que celle qu’il a réalisée. Là, il a l’air beaucoup mieux et je suis confiant sur le fait qu’il retrouve son niveau. A lui de se libérer, de ne penser qu’au football. Le reste suivra…”