L1: l’heure de la difficile confirmation pour Lille

L’entraîneur de Lille, Jocelyn Gourvennec, lors de la finale du Trophée des champions face au Paris-SG, à Tel Aviv en Israël, le 1er août 2021
Par Nicolas BLASQUEZ / © 2021 AFP

Champion de France inattendu en mai et vainqueur du Trophée des champions dimanche face au Paris SG (1-0), Lille est dans une spirale positive mais aura fort à faire pour maintenir ce statut, avec l’inattendu Jocelyn Gourvennec comme nouvel entraîneur.

Forcé de changer de technicien après le départ de Christophe Galtier pour Nice et de vendre certains joueurs pour équilibrer les comptes, le Losc apparaît plus fragile avant cette nouvelle saison. Et l’incertitude demeure quant au visage qu’aura l’effectif à la fermeture du marché des transferts fin août.

“C’est difficile aujourd’hui de dire: +On va jouer ceci ou cela+. Mais évidemment qu’il y aura de l’ambition et qu’on voudra défendre ce titre de champion bec et ongles, même si on sait qu’il y a beaucoup d’équipes ambitieuses”, a résumé Gourvennec.

Lors de son intronisation début juillet, le nouveau coach des Dogues n’avait pas évoqué d’objectif de classement. Son président, Olivier Létang, avait été plus direct: “On veut se qualifier tous les ans pour une compétition européenne.” Donc terminer dans le top 5… ou gagner une Coupe.

Incertitude dans le but

La manière pour y arriver est connue. Choisi pour sa flexibilité à défaut d’avoir un profil ronflant, Gourvennec compte s’appuyer sur le système solide et collectif qui a fait le succès du club nordiste depuis dix-huit mois.

Dans les matches de préparation comme lors du Trophée des champions, c’est dans le 4-4-2 utilisé par son prédécesseur que l’ancien technicien bordelais a disposé ses hommes. Avec, comme fil rouge, la capacité à alterner pressing et défense en bloc.

“Je suis content car les joueurs ont retrouvé les bonnes sensations de la saison dernière, avec une force collective, cette capacité à faire mal à l’adversaire et puis à défendre fort et dur dans les moments où il faut le faire”, a savouré l’ancien technicien de Guingamp (2010-2016, puis 2018-2019).

Mais ces certitudes, bien réelles, n’offrent pas toutes les garanties. L’animation offensive, parfois stérile contre des blocs bas, est désormais connue de tous et le départ de Boubakary Soumaré prive le milieu d’une force créative.

Défensivement, c’est surtout la question du gardien qui inquiète. Guère rassurant depuis le début de la préparation, Leo Jardim, le remplaçant de Mike Maignan, montre d’énormes lacunes au pied et dans le commandement défensif.

Programmé pour succéder à l’international français, qui a rejoint l’AC Milan, le Brésilien part avec un statut de titulaire mais Lille prospecte pour trouver un autre portier à moindre frais.

Quel effectif en septembre ?

Car la principale interrogation est économique. Lille doit vendre pour équilibrer ses comptes dans un marché où presque personne n’a les moyens d’acheter. Renato Sanches, Jonathan Ikoné, Jonathan Bamba et consorts, qui ne seront pas retenus en cas d’offre satisfaisante, sont encore là et les clubs intéressés ne sont pas si nombreux.

Quelle sera l’attitude des dirigeants en cas de propositions intéressantes sur le plan financier mais qui risqueraient d’affaiblir l’effectif?

Difficile de répondre dans l’immédiat, tout comme il est difficile de savoir comment Jocelyn Gourvennec parviendra à gérer un tel vestiaire, lui qui se retrouve propulsé à la tête d’une équipe engagée en Ligue des champions alors qu’il était plutôt pressenti en Ligue 2.

Les derniers jours ont apporté quelques bonnes nouvelles. Après une altercation en amical contre Courtrai (D1 belge), Xeka et Tiago Djalo, qui seront suspendus pour la reprise du championnat, ont répondu présent dimanche en Trophée des champions. Unique buteur contre Paris, le premier a immédiatement reçu les félicitations du second.

Premier trophée remporté et conflit apaisé: dans une saison qui risque d’être plus difficile que la précédente, c’est déjà un bon début…