L1: les clubs favorables à un passage à 18 équipes à l’horizon 2023-2024

Le président du Stade de Reims, Jean-Pierre Caillot (d), à son arrivée à la Ligue de football professionnel (LFP) à Paris, le 1er février 2021
/ © 2021 AFP

La Ligue 1 à 18 équipes prend forme: les clubs de L1 se sont positionnés mercredi en faveur d’une réduction du Championnat de France de 20 à 18 équipes à compter de 2023-2024, a affirmé à l’AFP leur représentant Jean-Pierre Caillot, président de Reims.

A la veille de l’assemblée générale de la Ligue de football professionnel (LFP), un consensus semble en bonne voie sur ce sujet, crucial pour l’attractivité de la L1, malmenée par la pandémie de Covid-19 et toujours en quête d’un diffuseur pour la période 2021-2024.

“Il y avait des positions assez opposées au départ mais tout le monde a fait des concessions en actant que la réforme des montées et relégations ne se fera pas à partir de la saison prochaine, mais de la saison suivante”, a indiqué le dirigeant rémois, président du collège des clubs de L1 réuni mercredi matin, confirmant des informations du quotidien L’Equipe.

Plusieurs gros clubs, dont le Paris SG, Marseille, Lyon, Rennes et Monaco, étaient favorables à la mise en place dès la saison 2021-2022 d’un système de relégations permettant de passer à 18 équipes dès l’exercice 2022-2023, mais plusieurs autres écuries souhaitaient de leur côté éviter de se précipiter, en retardant le processus d’une année.

Le collège de Ligue 2, réuni dans l’après-midi, a ensuite voté à l’unanimité en faveur de ce dispositif, selon une source ayant connaissance des délibérations.

Cette position commune doit encore être étudiée jeudi matin en Conseil d’administration à la LFP avant une mise au vote décisive en Assemblée générale dans l’après-midi. L’Assemblée générale de la Fédération française devra ensuite acter définitivement le processus, vendredi.

“Inéluctable”

“Il semblait inéluctable que nous allions passer à 18, sauf que nous allons nous donner le temps. Cela permet aux clubs, dans cette période compliquée économiquement, de s’y préparer, et cela envoie un signal fort à l’extérieur, notamment aux diffuseurs”, a ajouté M. Caillot, alors que la chaîne Canal+ s’était déjà dite en faveur d’un resserrement de l’élite.

Concrètement, a-t-il expliqué, les clubs de L1 se sont mis d’accord sur un système de quatre relégations vers la L2 à la fin de la saison 2022-2023, contre deux montées dans le sens inverse, sans barrage de relégation comme c’est le cas actuellement.

A l’heure actuelle, deux clubs descendent chaque saison en Ligue 2 et deux clubs sont promus en Ligue 1, tandis que le 18e dispute un barrage contre le vainqueur des play-offs de L2.

Si la proposition est votée, la L1 rejoindrait en 2023 le modèle de la Bundesliga allemande, qui compte 18 équipes. La première division française avait déjà compté 18 équipes entre 1997 et 2002.

Cet abaissement du nombre d’équipes en Ligue 1, et donc de journées à disputer (34 au lieu de 38), a été évoqué par le président de la LFP Vincent Labrune peu après son entrée en fonction à l’automne dernier.

Une telle réforme, susceptible d’alléger le calendrier des grands clubs français alignés dans les compétitions européennes et de ménager des joueurs déjà très sollicités, intervient alors que l’UEFA travaille à une réforme de sa Ligue des champions à l’horizon 2024 censée remplacer la phase de poules (6 journées) par un mini-championnat (10 matches par club), promettant plus de revenus aux participants.