L1: Lens-Lille, un derby en or

L’attaquant turc Burak Yilmaz, aux prises avec le gardien de but lensois, Jean-Louis Leca, lors du match de L1, le 18 octobre 2020 au stade Pierre-Mauroy
Par Nicolas BLASQUEZ / © 2021 AFP

Un derby du Nord qui vaut de l’or: entre le RC Lens qui vise les places européennes et le leader Lille qui rêve du titre, il y a beaucoup plus en jeu que la traditionnelle suprématie régionale vendredi au stade Bollaert-Delelis (21h00).

“L’enjeu est sur le résultat, il n’est pas sur la rivalité entre Lillois et Lensois”, a bien résumé Christophe Galtier, l’entraîneur d’un Losc en quête d’un quatrième titre de champion, le premier depuis 2011.

Ses joueurs mesurent d’ailleurs l’importance décuplée de cette rencontre: “C’est beaucoup plus important qu’un derby normal pour nous. Lens a des ambitions mais nous aussi. Il ne faut pas se mettre la pression et prendre les trois matches qu’il reste les uns après les autres. J’ai confiance dans l’équipe”, a affirmé l’expérimenté attaquant turc Burak Yilmaz, habitué des derbies bouillants dans son pays natal.

Avant cette 36e journée sur 38, Lille (76 pts) a son destin entre les mains et ne compte pas laisser échapper son rêve de titre alors que le Paris SG (75 pts), opposé à Rennes dimanche, est en embuscade à seulement une longueur du leader nordiste.

Enjeu crucial

Derby ou pas, le Losc aborde ce match chez son grand rival comme une énième finale.

“Dans la préparation du match, il n’y a rien qui change: on est +focus+ sur les forces et faiblesses de l’adversaire. Lens fait une superbe saison, pour un promu c’est extraordinaire. On est resté dans le classique, le standard. Est-ce que ma causerie sera différente ? Non. On connaît les enjeux… Est-ce que ce sera un match décisif ? Non car il restera deux matches après”, a souligné Christophe Galtier.

Côté lensois, l’enjeu est également crucial puisque le promu, actuellement cinquième (56 pts), veut conserver cette place, synonyme de qualification européenne et convoitée aussi par Marseille (56 pts), qui se déplace à Saint-Etienne dimanche.

“On a encore la chance exceptionnelle d’être cinquième donc je ne m’occupe pas des autres”, a martelé l’entraîneur artésien Franck Haise. “On va essayer de jouer avec nos principes, notre identité de jeu, sans complexe, en s’adaptant à l’adversaire même si on sait que Lille est meilleur que nous.”

“Si on peut priver Lille du titre”

Les Sang et Or tenteront également de prendre leur revanche après la déroute du match aller en octobre, où ils avaient été corrigés au Stade Pierre-Mauroy (4-0) dans un match qu’ils avaient terminé à neuf.

“On va essayer de faire oublier ce match aller. Il y a eu un excès de confiance de notre part, je pense, car dans les matches avant le derby, tout se passait bien”, a estimé Kakuta. “On a pris une bonne gifle qui nous a permis de nous réveiller. On a beaucoup travaillé sur nos erreurs et aujourd’hui on est une équipe complètement différente, avec plus de maturité.”

Malgré l’absence de leurs supporters vendredi au stade Bollaert-Delelis pour cause de huis clos sanitaire, les Lensois considèrent toutefois ce match comme un vrai derby.

“C’est un derby, c’est bien Lens-Lille. Je préfèrerais qu’il y ait du public, mais ça reste un derby. La rivalité, je sais qu’elle existe, des deux côtés, l’important c’est qu’elle soit saine”, a souligné Franck Haise.

Et les Sang et Or pourraient faire coup double en cas de succès: conforter leurs ambitions et ruiner les espoirs de sacre du Losc.

“On ne peut pas dire que les objectifs sont atteints car on veut aller chercher plus haut”, insiste le meneur de jeu Gaël Kakuta. “Et si on peut priver Lille du titre, ça serait beau aussi !”