L1: le PSG perturbé sans Neymar mais galvanisé par le Ballon d’Or

L’attaquant brésilien du Paris Saint-Germain Neymar est évacué sur une civière, après son entorse de la cheville gauche, lors du match comptant pour la 15e journée de Ligue 1 face à Saint-Etienne, le 28 novembre 2021 au Stade Geoffroy-Guichard
Par Alexis HONTANG / © 2021 AFP

L’indisponibilité de Neymar, absent jusqu’en janvier, retarde la montée en puissance que souhaite le Paris SG. Le club garde néanmoins le moral, requinqué par le septième Ballon d’Or de Lionel Messi, même si l’Argentin, indisposé, est incertain mercredi contre Nice en Ligue 1 (21h00).

Touché dimanche à Saint-Etienne, “Ney” souffre d’une entorse de la cheville gauche avec lésions ligamentaires, qui doit l’éloigner des terrains entre “six et huit semaines”, a indiqué lundi le PSG.

Le Brésilien effectuera son retour, au mieux, pour le choc à Lyon le week-end du 9 janvier, ou sinon après la tournée d’hiver au Qatar et en Arabie saoudite (16-20 janvier).

Mais une heureuse nouvelle a redonné le sourire aux dirigeants: avec ce nouveau Ballon d’Or reçu lundi, Messi est devenu le premier joueur portant les couleurs du club parisien à recevoir cette distinction.

Après les émotions du gala au Théâtre du Châtelet, l’Argentin était un peu patraque mardi matin: malade, il a raté l’entraînement du jour avec “des symptômes de gastro-entérite” selon le communiqué médical du PSG. “Un point sera fait demain (mercredi) matin”, précise le club.

Quoi qu’il en soit, cette septième couronne de meilleur joueur du monde décuple les attentes autour de Lionel Messi: saura-t-il prendre en main le jeu du leader de Ligue 1 en l’absence de Neymar ?

Sans “Ney”, Paris habitué

Mais bien avant Messi, le PSG avait appris à jouer sans sa star brésilienne. Depuis son arrivée à l’été 2017, le joueur le plus cher de l’histoire (222 millions d’euros) a raté plus d’une centaine de matches. Blessures, suspensions, Covid-19, sélection… “Ney” a usé tous les motifs d’absence, mais Paris a remporté 75% des matches joués sans lui.

Nice l’a constaté à ses dépens, puisque les Aiglons se sont inclinés lors de leurs trois dernières confrontations face au PSG… que le Brésilien a toutes ratées.

Les statistiques laissent donc penser que le PSG devrait passer la séquence difficile qui arrive (Nice, Lens, Bruges en C1, Monaco) sans trop de casse sur le plan comptable.

Mais ce qui coince ces dernières semaines au PSG, ce ne sont pas les résultats, c’est la qualité de jeu proposé par les joueurs de l’entraîneur Mauricio Pochettino.

Le technicien argentin, ciblé par des rumeurs de départ, a promis des “améliorations”, après la défaite en Ligue des champions à Manchester City (2-1), le 24 novembre.

Or le rodage du trio offensif Messi-Neymar-Mbappé (“MNM”), la clé de voûte de son système offensif, va encore devoir être retardé.

Entre blessures et retours tardifs de sélection, le trio n’a été aligné que huit fois sur les 19 matches joués depuis le transfert de la “Pulga” en août.

Et le temps est compté pour le PSG, qui a trois mois pour se remobiliser et poser son jeu en vue des 8es de finale de Ligue des champions, en février et mars.

Connexion argentine ?

L’absence de Neymar devrait profiter en premier lieu à Angel di Maria, que le 4-3-3 souvent utilisé par Pochettino a relégué sur le banc, comme face à Manchester City.

Sans “Ney”, il redevient un titulaire à part entière. Ses automatismes avec Messi, qu’il côtoie en sélection d’Argentine depuis 2008, peuvent apporter quelque chose de nouveau, si “La Pulga” est apte mercredi.

“Je fais le maximum pour peut-être apporter une option différente. Par exemple avec +Leo+ dans l’axe et moi sur le côté, on l’a souvent fait déjà”, a indiqué Di Maria, vendredi au micro de RMC Sport.

A Saint-Etienne, les deux compatriotes se sont trouvés, mais dans l’autre sens: Messi a servi Di Maria pour le but du 2-1.

L’entente entre Messi et Mbappé, prometteuse contre Leipzig (3-2) en octobre, laisse aussi envisager quelques étincelles. Bref, le PSG a toujours de quoi passer l’hiver au chaud.