L1: le PSG et ses stars sombrent à Nantes, vent de face pour Lyon

Le Nantais Quentin Merlin (g) vient de marquer le second but de son équipe contre le PSG, le 19 février 2022 au stade de La Beaujoire
Par Jean DECOTTE / © 2022 AFP

Malgré son trio reconstitué Messi-Neymar-Mbappé, le Paris SG a coulé à Nantes (3-1) samedi après une première période cauchemardesque, sa deuxième défaite de la saison en Ligue 1, lors d’une 25e journée où Lyon a calé à Lens (1-1) dans son opération remontée.

Paris naufragé malgré le trio “MNM”

Etait-ce la fatigue de son choc européen remporté contre le Real Madrid mardi (1-0) ? Ou un peu de suffisance pour les superstars parisiennes ? Le PSG a sombré à Nantes dans un match à couper le souffle, se retrouvant mené 3-0 à la pause et butant en vain sur la défense et le gardien nantais Alban Lafont, en état de grâce.

C’est le grand écart entre l’équipe dominatrice et sûre d’elle de la Ligue des champions, et le onze ballotté à Nantes, en dépit du retour de Neymar comme titulaire après trois mois d’absence (un but, un penalty raté) et de ses retrouvailles avec ses deux complices du trio “MNM”.

Rien de grave au niveau comptable, où l’équipe de Mauricio Pochettino reste largement en tête de la L1, mais c’est plus inquiétant au niveau mental et collectif, tant plusieurs seconds couteaux parisiens ont failli.

L’Allemand Thilo Kherer a ainsi offert des boulevards dans son dos aux attaquants nantais, comme sur l’ouverture du score de Randal Kolo Muani (4e). Puis le jeune Quentin Merlin a alourdi le score d’une frappe pure dans la lucarne, son premier but en L1 (16e), devant une défense parisienne passive.

Les choses ne se sont pas arrangées pour Paris: alors que Dennis Appiah, coupable d’avoir arrêté Mbappé qui filait au but (44e), venait de recevoir un carton rouge, l’arbitre l’a commué en simple carton jaune après recours à l’arbitrage vidéo (VAR).

Et, dans le temps additionnel de la première période, c’est encore la VAR qui a valu au PSG de concéder un penalty pour une main de Georginio Wijnadum, transformé aussitôt par Ludovic Blas en force (45e+5). Soit la pire entame de match en L1 des Parisiens depuis un match contre Amiens où ils avaient également été menés 3-0 en février 2020 (score final 4-4)…

Au moins ont-ils un peu réagi juste après la pause: c’est d’abord Neymar, sur une passe laser de Messi, qui a crocheté un défenseur et réduit le score (47e).

Mais au plus fort de la domination parisienne, quand les occasions s’enchaînaient, le Brésilien a manqué un penalty obtenu par Mbappé: sa frappe inexplicablement molle a été stoppée par Lafont, auteur d’un match ébouriffant dans la cage nantaise avec pas moins de 8 arrêts cruciaux ! De bon augure pour sa fin de saison, où Nantes jouera notamment une demi-finale de Coupe de France contre Monaco.

Dans le marasme parisien, la seule bonne nouvelle, c’est que Kylian Mbappé, resté au sol après un coup à la cheville gauche, a pu finir le match sans encombre…

Lyon patine face au vent

Engagé dans une opération remontée au classement, Lyon n’a pas réussi à se dépétrer de Lens samedi après-midi au stade Bollaert-Delelis, patinant dans des conditions atmosphériques difficiles après le passage de la tempête Eunice sur le nord de la France.

Le RCL a ouvert la marque par le biais de Jonathan Clauss (13e), qui avait bien suivi après un arrêt du gardien Anthony Lopes, mais les Lyonnais ont fini par égaliser par Tino Kadewere, titularisé en pointe à la place de Moussa Dembélé (suspendu) et auteur de son premier but de la saison (44e).

Ce nul vient doucher, pour l’heure, l’ambition de Lyon de se rapprocher du podium: l’équipe de Peter Bosz est certes remontée à la 6e place provisoire (38 pts) mais reste sous la menace de ses poursuivants

“Avec le vent, ce n’était pas évident de jouer”, a reconnu Bosz. “Ce point, contre un concurrent à l’extérieur, dans une vraie ambiance de football, est bon à prendre.”