L1: le PSG domine Strasbourg, c’est Noël pour Pembélé

Kylian Mbappe dans les bras d’Angel Di Maria après avoir inscrit le 2e but du PSG contre Strasbourg au Parc des Princes, le 23 décembre 2020
/ © 2020 AFP

Avant les vacances, place aux jeunes! Le Paris SG a vaincu Strasbourg (4-0) mercredi avec un but de son +titi+ Timothée Pembélé, pour finir 2020 à la troisième place de Ligue 1.

A 18 ans, pour son cinquième match en pro, Pembélé a repris un ballon repoussé par Eiji Kawashima sur une frappe d’Angel Di Maria (18e), et marqué son premier but comme cadeau de Noël avant l’heure.

Plutôt habitué à jouer en défense centrale, le +titi+ du centre de formation parisien a parfaitement saisi l’occasion que lui a offert Thomas Tuchel, en le titularisant arrière droit dans un 5-3-2 qui permettait aux latéraux de monter sur les phases offensives.

“Je suis heureux parce qu’il s’est amélioré chaque semaine, sa mentalité, c’était très important et dernièrement il a fait beaucoup d’entraînements à un autre niveau, plus haut”, l’a félicité l’Allemand.

Paris a fini sur un score-fleuve, avec des buts en fin de match de Kylian Mbappé (80e), d’Idrissa Gueye (88e), et de Moise Kean (90e).

Et voilà le PSG qui peut prendre des vacances bien méritées après une année 2020 éreintante, après 46 matches en compétition et un calendrier ultra-dense qui a entraîné une hécatombe de blessures chez le vice-champion d’Europe.

Thomas Tuchel, dont le seul voeu pour la nouvelle année est “que tous les joueurs soient là”, peut se satisfaire de n’avoir eu à faire aucun changement prématuré comme il y a trop souvent été forcé cette saison.

Strasbourg subit

Et même avec une équipe largement remaniée, avec la bagatelle de dix absents, le champion de France n’a laissé aucune chance à Strasbourg, à la lutte pour le maintien.

Signe de leur domination, les Parisiens ont eu 69% de possession de balle. En reléguant son attaquant Habib Diallo sur le banc dans un solide schéma en 5-4-1, l’entraîneur strasbourgeois Thierry Laurey a surtout voulu éviter une défaite au Racing, qui ne s’est jamais imposé au Parc des Princes.

Peine perdue. A part une belle occasion en seconde période, quand la frappe du remplaçant Sanjin Prcic a raté le cadre de peu (75e), les Alsaciens ont vite cédé la possession et subi. Et aussi vite craqué.

Le gardien Eiji Kawashima a ainsi plusieurs fois évité le pire. Le Japonais a réalisé une parade à bout portant (13e) devant Angel Di Maria, parfaitement servi par Kylian Mbappé.

Puis il s’est à nouveau employé sur une superbe frappe enroulée de Rafinha (39e), contrôlée d’extrême justesse et en deux temps.

Mohamed Simakan a également réussi deux sauvetages de grande classe, un tacle glissé impeccable devant Mbappé (26e) pour stopper une offensive parisienne, et un dégagement devant la ligne de but (44e) d’un ballon dangereux, encore pour Mbappé.

Festival final

Une bonne défense qui a longtemps empêché le PSG de tuer le match.

Avec un peu de chance pour Strasbourg, quand sur un corner parisien Ludovic Ajorque a évité de justesse de marquer contre son camp (36e).

Et beaucoup de maladresse de Mbappé. Le buteur parisien a raté beaucoup d’occasions: trop court pour des centres de Di Maria (31e, 33e), trop bas pour reprendre de la tête un centre de Rafinha (61e), ou trop imprécis pour trouver le cadre avec un ballon traînant dans la surface (60e).

Mais l’increvable +Kyky+ a fini par faire le break, et soigner son avance au classement des buteurs (12 réalisations), en poussant le ballon dans le but vide (80e) après un bon travail de Di Maria.

Coup de massue pour Strasbourg, qui a ensuite pris l’eau.

“On était venus avec une tactique qui a marché pendant 80 minutes, avec le deuxième but on a lâché totalement”, a regretté Simakan.

Les remplaçants parisiens ont alors pu participer au festival. Gueye a marqué tout en puissance, d’un missile de l’extérieur de la surface (88e), et Kean a scellé le score final dans le temps additionnel.