L1: le président lyonnais Jean-Michel Aulas défend Juninho attaqué par Garcia

Le directeur sportif de Lyon, le Brésilien Juninho, en conférence de presse à Décines-Charpieu, le 15 avril 2019
/ © 2021 AFP

Le président de l’Olympique lyonnais Jean-Michel Aulas a défendu mardi l’action de son directeur sportif Juninho, attaqué par l’ancien entraîneur du club Rudi Garcia qui a reproché au Brésilien d’avoir “agi dans son dos”.

“Dommage que Rudi n’ait pas su travailler avec Juni, qui l’avait pourtant choisi et accompagné. Juni a tout notre soutien. Que de mauvaises excuses de la part de Rudi”, a tweeté le patron de l’OL.

“Très déçu de la politique de la terre brûlée de Rudi Garcia qui réécrit l’histoire, oubliant qu’il avait le meilleur effectif”, a-t-il ajouté en affirmant que “l’avenir (du club) s’écrit avec des ambitions nationales et européennes dès la prochaine saison, avec un nouvel entraîneur et des moyens financiers au service de ses ambitions”.

Dimanche, après la défaite à domicile face à Nice (3-2) privant le club lyonnais, finalement 4e du classement, de la Ligue des champions, son objectif de la saison, Rudi Garcia, en fin de contrat, avait annoncé son départ.

Dans un entretien accordé au quotidien sportif L’Équipe, Garcia a sévèrement taclé le directeur sportif de l’OL qu’il n’avait déjà pas cité dans ses remerciements au club, lundi. Il avait alors préféré souligner avoir apprécié de travailler avec Jean-Michel Aulas et “aimé la compétence” de Vincent Ponsot, directeur général du football au sein du club.

“Ça s’est bien passé au début mais les choses ont commencé à se gâter sans que je m’en aperçoive. Après deux ou trois victoires en novembre, il ne venait plus me féliciter. J’ai découvert que quand les recrues brésiliennes ne jouaient pas, il n’était pas heureux”, a dit Garcia au sujet de Juninho.

“Il aurait préféré gagner mais avec ses joueurs. Il s’est beaucoup investi et c’est une qualité mais je pense certainement qu’il a dû leur promettre d’être titulaires, mais ça aurait freiné l’éclosion de certains jeunes comme Caqueret en particulier. L’avis de Juni était que Jean Lucas était meilleur”, a poursuivi le technicien.

“Il a fait des choses dans mon dos, parlé aux joueurs dans mon dos, manqué d’objectivité et de traitement équitable”, a dénoncé Garcia.

Celui-ci a regretté le décès de Gérard Houllier, “capital dans l’équilibre du club” et “qui savait mettre de l’huile dans les rouages”, “pouvant expliquer le rôle de directeur sportif à Juninho qui manquait d’expérience” et “est encore trop dans le mode joueur”.