L1: le Paris SG toujours sur un fil, Mbappé de retour à Nice

Kylian Mbappé avec le PSG contre le Bayern au stade de la Luz à Lisbonne, le 23 août 2020
Par Alexis HONTANG / © 2020 AFP

L’été est fini au Paris SG. Accablé par de nombreuses absences, dont celle de Neymar suspendu, le club retrouve Kylian Mbappé à Nice dimanche (13h00), à huis clos, pour tourner la page d’un début de saison raté.

Une victoire “incroyable”, un état d’esprit “extraordinaire”… La situation au PSG était si tendue qu’un succès 1-0, à neuf contre onze, face au mal-classé Metz mercredi a pris la dimension d’un exploit dans la bouche de son entraîneur Thomas Tuchel.

Entre suspensions, blessures, cas de Covid-19 et résultats en berne, le technicien allemand a vu les nuages s’amonceler au-dessus de sa tête, jusqu’à ce que Julian Draxler lui offre sa première victoire de la saison et l’éloigne de la crise qui couvait.

“Son but nous délivre. C’est un soulagement”, a abondé le défenseur Colin Dagba.

Défait à Lens (1-0) puis par Marseille (1-0) au terme d’un “Clasico” houleux, Paris est un quinzième de L1 (3 pts) plutôt heureux avant la 4e journée. Enfin, il est lancé.

Le retour dans le groupe de Mbappé, le dernier des sept cadres touchés par le Covid-19 début septembre à rechausser les crampons, fait souffler un vent d’optimisme sur la capitale, d’autant que l’attaquant renforce un secteur enroué depuis plusieurs semaines.

“Passer à autre chose”

Avec Angel Di Maria et Mauro Icardi, Tuchel dispose de trois de ses “Quatre fantastiques”, qui ont marqué plus de la moitié des buts parisiens la saison dernière en L1.

“Il faut passer à autre chose et ne pas avoir de sentiments”, a déclaré “Kyky” après la déception de la finale perdue de Ligue des champions, dans un entretien à TF1 début septembre, qui sonne toujours juste deux semaines plus tard.

Après un été qui a consacré son duo avec Neymar, l’ancien Monégasque aborde dans l’habit de leader une saison cruciale pour lui, alors que la prolongation de son contrat expirant en 2022 est une priorité pour le PSG.

Mais son élan, avec un but en équipe de France en Suède (1-0), a été coupé par l’annonce de son test positif au nouveau coronavirus, le 7 septembre.

“Kylian nous apporte de la vitesse, sa faim de marquer, de la qualité, de la créativité… Mais après un test positif, on doit aussi protéger le joueur. Pas forcément avec des minutes, mais aussi avec nos attentes. On ne doit pas trop attendre de lui”, a expliqué samedi Tuchel.

“Je vais parler avec Kylian, voir s’il se sent à l’aise, avant de décider s’il commence ou entre en cours de match”, a poursuivi le technicien.

Sous le signe du Covid-19

Si l’entraîneur allemand s’est habitué à se promener sur la Côte d’Azur ces deux dernières années (victoires 4-1 et 3-0), le PSG se prépare à un match difficile contre un adversaire revanchard, qui a chuté à Montpellier (3-1) samedi après avoir remporté ses deux premiers matches.

Mais le “Gym” jouera sans public, à huis clos, en raison du renforcement local des mesures sanitaires face au Covid-19 qui a exclu la jauge de 5.000 personnes initialement prévue. Le club niçois a également été atteint par trois cas positifs dans son effectif, dont celui de son buteur danois Kasper Dolberg.

Tuchel a aussi ses problèmes: il doit gérer les suspensions de Neymar, Layvin Kurzawa et Leandro Paredes, sanctionnés pour leur implication dans un début de bagarre dans le “Clasico”, ainsi que celle d’Abdou Diallo, exclu contre Metz.

La blessure à un genou de Juan Bernat le prive également d’un titulaire au poste de latéral gauche, où le seul remplaçant de métier est le jeune Néerlandais Mitchel Bakker. Thilo Kehrer, touchés aux ischios, a aussi déclaré forfait, alors que Marco Verratti, incertain, apparaît bien dans le groupe.

Dans ce contexte, le PSG reste fragile. Mais le calendrier moins chargé qui l’attend jusque fin octobre, et le retour programmé de Neymar le 27 septembre à Reims, lui offrent ensuite une piste idéale pour décoller. A lui d’éviter de replonger dans le brouillard en perdant à Nice.