L1: le Paris SG peut tout perdre


Par Emmanuel BARRANGUET / © 2021 AFP

La semaine cruciale a très mal commencé pour le Paris Saint-Germain, éliminé en Ligue des champions et presque éliminé de la course au titre. Elle se boucle mercredi à Montpellier pour le dernier trophée à sa portée, la Coupe de France.

“Cette saison a été faite de hauts et de bas”, a résumé Mauricio Pochettino après le nul à Rennes dimanche (1-1). Et l’entraîneur du PSG pourrait même finir tout en bas s’il ne gagne rien de plus que le Trophée des champions pour ses cinq premiers mois à la tête de l’équipe.

Car en ce moment son PSG prend des rouges et broie du noir.

Battue deux fois par Manchester City (2-1/2-0) en demi-finales de C1, avec une exclusion à chaque fois, l’équipe de la capitale a trébuché à Rennes avec encore un carton rouge.

Ces rouges ont un point commun: ils trahissent la frustration d’une équipe qui voit sa saison lui échapper.

Celle de Presnel Kimpembe pour tacler Jérémy Doku en toute fin de match, dimanche au Roazhon Park, alors qu’il restait encore quelques minutes pour essayer de remporter ce match vital et ne pas se retrouver 2e à trois longueurs de Lille à deux journées de la fin.

La frustration d’Angel Di Maria, un joueur expérimenté, pourtant, coupable d’un mauvais geste sur Fernandinho à un moment où l’élimination à Manchester était presque consommée.

Onze exclusions

Celle enfin d’Idrissa Gana Gueye, en retard et exclu en demie aller quand le sort n’en était pas encore jeté.

L’exclusion de “Presko” est déjà la onzième de la saison pour le PSG, la troisième en quatre matches, comme si les nerfs étaient en train de lâcher, à l’image de ceux de Neymar, exclu lui aussi le soir où le titre a peut-être échappé à Paris quand Lille est venu gagner au Parc (1-0).

L’équipe n’a pas su se faire violence pour bousculer le sort à Rennes, mais Pochettino a refusé d’évoquer comme un problème “l’attitude” de ses joueurs en conférence de presse d’après-match.

Son adversaire, Bruno Genesio, a lui été un peu surpris. “Je pensais qu’ils allaient avoir une réaction plus forte après notre égalisation, mais je pense qu’ils n’en avaient pas les moyens”, a dit l’entraîneur du club breton.

“C’est difficile, ils enchaînent beaucoup de matches, sortent d’un élimination, une déception, on sait que dans ces matches-là on laisse de la force mentale”, a-t-il poursuivi.

L’échec européen de mardi a-t-il alourdi les jambes parisiennes? Pochettino ne veut pas y croire.

“Non, un club comme le PSG ne peut pas être influencé par ça, on ne peut pas penser à ce qui s’est passé quatre ou cinq jours plus tôt”, répond-il. Avant d’ajouter: “Et si c’est la cas, on doit y réfléchir”.

“Des décisions se prendront”

Il doit réfléchir aussi à la saison prochaine, même s’il reste toujours une petite chance de remporter le titre cette année.

“Après quatre mois au club, on a emmagasiné beaucoup d’informations, cela va nous aider”, a lancé Pochettino.

“Il est clair que des décisions se prendront en fin de saison, avec tout le club, pour améliorer l’équipe”, a-t-il ajouté.

Neymar vient de prolonger (samedi) jusqu’en 2025, Di Maria et Keylor Navas, encore le meilleur parisien dimanche, l’ont fait, il manque encore Kylian Mbappé, et puis il faudra renforcer le secteur des latéraux, notamment. Or le mercato va être difficile, avec des pertes autour de 200 millions d’euros en raison de la pandémie.

A propos de Mbappé, “Poche” n’a pas voulu se réfugier derrière sa suspension à Rennes. “Il ne faut pas penser qu’une absence a changé le match, on connaît tous l’importance de Kylian, mais si on veut être champion il faut gagner ce genre de match”, a insisté l’Argentin.

Le champion du monde devrait être de retour à Montpellier, mais le PSG sera privé de Marco Verratti, blessé, et Kimpembe, pour essayer de ne pas tout gâcher en huit jours.

Paris peut encore retrouver la magie de ses merveilleuses soirées pour éliminer le FC Barcelone et le Bayern Munich. En Coupe de France, au moins, il a encore son destin entre ses mains.