L1: le délicat hiver de Boulaya, atout-maître de Metz dans sa mission maintien

Le meneur de jeu du FC Metz Farid Boulaya lors de la réception de l’AS Saint-Etienne, le 30 octobre 2021
/ © 2022 AFP

Après un début de saison irrégulier et un retour précoce de la CAN difficile à accepter, le meneur de jeu Farid Boulaya semble retrouver progressivement son influence si précieuse à Metz, qui continue sa mission maintien à Lille vendredi (21h00) en Ligue 1.

La défaite face à Marseille peut-elle faire office de déclic pour l’Algérien ? Enfin en pleine possession de ses moyens dimanche dernier malgré la défaite contre l’OM (2-1), le milieu messin doit désormais confirmer.

“J’attends que Boulaya fasse ce qu’il a fait là pendant quatorze matches. J’ai retrouvé le Farid que je veux voir tout le temps”, a souligné l’entraîneur grenat Frédéric Antonetti, qui a trouvé de nombreux motifs d’espoir malgré le revers. Et parmi ceux-ci, l’un s’appelle Farid Boulaya.

Le petit meneur de jeu, arrivé sur les bords de la Moselle en janvier 2018 et qui fêtera ses 29 ans la semaine prochaine, avait réussi la saison parfaite l’année dernière, répondant enfin aux attentes.

Mais l’exercice 2021-22 est jusque là en-deçà des espérances. Entre des envies d’ailleurs non concrétisées lors des deux dernières périodes de transferts, une blessure musculaire entre août et septembre puis une contamination au Covid-19, la reprise de l’Algérien a été retardée.

Il est timidement revenu en fin d’année 2021, mais a dû quitter la Moselle pour partir défendre le titre de l’Algérie à la Coupe d’Afrique. Une décevante élimination dès la phase de poule plus tard et Boulaya est rentré à Metz fin janvier. Le moral dans les chaussettes ?

“Il faut faire mieux “

Titularisé contre Nice (défaite 2-0) trop tôt après son retour du Cameroun aux dires mêmes de son entraîneur, Boulaya est ensuite resté assez transparent lors de sa deuxième apparition à Troyes (0-0).

Mais contre Marseille, “on a retrouvé Farid” a assuré Frédéric Antonetti dès la fin du match puis en conférence de presse. “C’est vrai qu’on a fait de bonnes choses contre Marseille”, a de son côté reconnu Boulaya de sa voix douce, sans jamais hausser le ton. Sa performance individuelle ? “Ca allait contre l’OM mais il faut faire mieux et essayer d’être décisif.”

Car le joueur sait se montrer exigeant. Contre Marseille, “on aurait dû marquer ce deuxième but à onze mais c’est eux qui le mettent”, jugeait le milieu, qui n’hésite plus à défendre, tout en assurant que cela fait partie du job. “Maintenant il faut gagner des matches et prendre des points parce que cela fait plusieurs fois qu’on loupe ces choses-là.”

En fin de contrat en juin prochain, Boulaya ne semble pas opposé à une prolongation : “j’ai dit que j’étais ouvert à tout. J’attends de faire de mon mieux pour aider l’équipe à se maintenir et ensuite on verra.”

Pour Frédéric Antonetti, retrouver son meneur de jeu à son meilleur niveau, “d’abord c’est bien pour lui car il est en fin de contrat. Et ensuite, c’est bien pour nous parce que s’il est comme cela, il va nous aider à nous sauver.”

Les Grenats, avant-derniers du Championnat, auront en effet besoin de leur créateur pour débloquer des rencontres et grappiller des points dans l’optique du maintien… Cela commence chez le champion de France lillois.