L’entraĂ®neur portugais de Bordeaux, Paulo Sousa, lors du match de Ligue 1 face Ă  Lille, au stade Pierre-Mauroy, le 26 octobre 2019
/ © 2019 AFP

Les deux revers concĂ©dĂ©s devant Saint-Étienne (0-1) et Ă  Lille (0-3) n’ont en rien modifiĂ© les plans de Bordeaux (8e) et de son entraĂ®neur Paulo Sousa, convaincu que son système et sa philosophie dĂ©boucheront sur des rĂ©sultats.

Depuis son arrivĂ©e en Gironde en mars dernier, son discours n’a pas variĂ© d’un iota. “Nous sommes dans un processus, avec des cycles positifs et nĂ©gatifs”, rĂ©pète le Portugais Ă  intervalles rĂ©guliers, autant les semaines de victoires que les soirs de dĂ©faites, plus nombreuses ces derniers temps, surtout contre les “gros”.

“On ne s’est pas emballĂ©s après une sĂ©rie de matches sans dĂ©faite, alors on ne va pas non plus dramatiser après deux dĂ©faites”, prĂ©venait le gardien BenoĂ®t Costil Ă  l’issue du revers dans le Nord.

Pour lui comme pour son entraĂ®neur, la rĂ©ception dimanche de Nantes (2e), leader hermĂ©tique d’une meute de onze Ă©quipes calĂ©es en quatre points, sera surtout un nouveau test de fiabilitĂ© durant lequel Sousa voudra voir “la mentalitĂ©, l’envie de gagner en mettant en place un jeu positif, en ayant le contrĂ´le du ballon et en Ă©tant prĂ©sent dans la zone de crĂ©ation et de finition”.

Des fois, ça fonctionne comme Ă  Amiens ou Ă  Toulouse (3-1 les deux fois). Des fois non, comme face aux Verts, “un des plus beaux matches depuis que je suis ici, durant lequel on a contrĂ´lĂ© complètement notre adversaire, avec ballon, sans ballon”, prĂ©cisait le technicien après cette dĂ©faite contre le cours du jeu.

A Lille oĂą ses hommes ont sombrĂ© tactiquement sous le pressing adverse, sans trouver de parade, il avait Ă©voquĂ© “une grande marge de progression”. “Ce genre de matches va nous aider Ă  grandir”, comme s’il avait fait sien la citation de Nelson Mandela: “Je ne perds jamais, soit je gagne, soit j’apprends”.

Adhésion de tous

En interne, tout le monde adhère Ă  ce discours, Ă  ces mĂ©thodes de travail qui bousculent les habitudes. “Quand un nouvel entraĂ®neur arrive et veut mettre en place des principes de jeu, notamment avec ce système flexible (3-4-3 asymĂ©trique), ça prend du temps, confie l’attaquant Jimmy Briand. Il l’avait dit, nous, on le savait. Des Ă©quipes sont en avance sur notre projet mais on a un groupe Ă  l’Ă©coute et, doucement, on commence Ă  assimiler. On ira en s’amĂ©liorant”.

“On a un groupe qui travaille très bien, des joueurs qui ne demandent qu’Ă  progresser, on a un top staff, abonde Costil. Chaque jour, c’est un plaisir de travailler. On va continuer comme ça et je suis persuadĂ© qu’on va vivre des matches agrĂ©ables”.

La vision du football du Portugais a aussi conquis l’extĂ©rieur, supporteurs et observateurs, qui aurait pu douter du choix de l’ancien coach de la Fiorentina en remplacement de Ricardo après les six revers consĂ©cutifs du printemps.

Sousa n’a jamais dĂ©rogĂ© Ă  ses convictions dans cette tempĂŞte. En expliquant, en inculquant, en fidĂ©lisant.

Quatrième Ă  l’issue de la 9e journĂ©e, Bordeaux a reculĂ© de quatre rangs deux dĂ©faites plus tard, mais n’a pas changĂ© d’objectif. “On n’a pas d’espĂ©rance de classement, seulement l’espĂ©rance d’arriver le plus vite possible Ă  avoir une Ă©quipe capable d’avoir des rĂ©sultats Ă  la hauteur de l’histoire du club”, poursuit le Portugais.

Rien de tel qu’un bon derby de l’Atlantique pour repartir du bon pied.