L1: l’attaque rennaise enfin réveillée ?

L’attaquant rennais Gaëtan Laborde marque un but face à Clermont, en Ligue 1 au Roazhon Park le 22 septembre 2021
Par Fanny CARRIER / © 2021 AFP

Trois petits buts de rien du tout en six matches de championnat et soudain, un récital face à Clermont: l’attaque de Rennes va tenter de montrer qu’elle en a fini avec la possession stérile dimanche à Bordeaux (13h00) en Ligue 1.

Deux têtes de Jonas Martin et Gaëtan Laborde, une frappe de Martin Terrier, un doublé de Kamaldeen Sulemana et un missile de Flavien Tait: la variété des coups assénés à des Clermontois dépassés montre l’étendue du potentiel rennais. Petite revue d’effectif…

Martin, le revenant

Aligné en sentinelle à la place de Baptiste Santamaria, il a lancé le match avec sa détermination et son efficacité dans les deux surfaces, pour rattraper de justesse une erreur de la défense comme pour ouvrir la marque d’une tête décidée.

Son premier but en L1 depuis décembre 2018… Entre les deux, près de trois saisons pourries par des blessures en cascade. Après avoir délivré la passe du 5-0 à Laborde, il est sorti sous une ovation du Roazhon Park.

Sulemana, le récidiviste

La nouvelle petite bombe rennaise avait marqué les esprits avec un but d’une frappe somptueuse à l’ouverture de la saison, mais peut-être en manque de rythme, il s’était montré plus effacé ou moins précis.

Mercredi, il s’est offert un doublé en deux minutes, d’abord à la finition d’une belle combinaison à une touche de balle avec Birger Meling et Terrier puis d’un coup de patte finaud sur une frappe repoussée. Seule petite déception pour les supporters rennais, il n’a célébré qu’une fois avec sa spéciale double flip/salto arrière.

Tait, l’acharné

Ressuscité au printemps par l’entraîneur Bruno Genesio, le milieu de terrain est très en vue depuis le début de saison, malgré un manque de réussite sur certains matches.

Buteur contre Tottenham en Ligue Europa Conférence, puis contre Clermont, il affiche un niveau d’activité généralement considérable dans le pressing défensif et dans la percussion, se muant régulièrement en chef d’orchestre d’un jeu rapide… quand ses coéquipiers suivent.

Terrier et Guirassy, les pointes intermittentes

Genesio les a souvent mis en concurrence et parfois alignés ensemble, avec plus ou moins de réussite selon les matches. De retour d’une blessure à un genou, Terrier s’est montré très en jambes mercredi, efficace au pressing comme dans la surface, avec un but et une passe décisive.

Guirassy avait pour sa part brillé en Ligue Europa Conférence, en point d’appui dans la surface avec des remises en une touche qui ont pesé sur la défense de Tottenham (2-2). Mais il a semblé émoussé à Marseille (défaite 2-0).

Laborde, la touche du chef

Dernière surprise d’un mercato ambitieux, Laborde était attendu pour transmettre sa rage de vaincre à une équipe souvent trop tendre. Jamais avare d’efforts, il a pris sa mission avec coeur.

Lui qui avait déjà inscrit trois buts cette saison sous le maillot de Montpellier, a été récompensé par un premier but au Roazhon Park contre Tottenham, puis un nouveau mercredi contre Clermont.

Bourigeaud, le passeur

Pas encore buteur cette saison, il prend toujours plus d’envergure dans son milieu de terrain et a porté dignement le brassard de capitaine mercredi.

Tireur de corners et de coups francs, il a souvent manqué de précision ou de réussite cette saison. Mais il a délivré deux passes décisives mercredi, qui viennent s’ajouter aux trois enregistrées en C4 et le mettent déjà à une petite longueur de son total de la saison dernière.

Doku et Mayer, les désirés

Si Martin en est enfin sorti, une partie de l’arsenal offensif est encore à l’infirmerie. Jérémy Doku (ischio) est à l’arrêt depuis un mois. Mais si le jeune ailier impressionne depuis son arrivée il y a un an, à Rennes comme en sélection belge, il peine encore à traduire son explosivité en statistiques concrètes.

Lovro Majer, milieu créateur arrivé fin août du Dinamo Zagreb avec 5 buts et 4 passes décisives au compteur en début de saison, n’a fait qu’une très courte apparition à Angers avant d’être écarté par une contusion à une hanche.