L1: la concurrence à Lyon avance sans Aouar, mis au piquet

L’attaquant de Lyon Houssem Aouar transforme un pénalty lors du match de Ligue 1 contre Monaco, à Décines-Charpieu, le 25 octobre 2020
Par Francois-Jean TIXIER / © 2020 AFP

Au piquet! Puni par l’OL et absent contre Reims dimanche (13h00), le milieu international français Houssem Aouar laisse la concurrence avancer sans lui à Lyon, qui n’a qu’une rencontre hebdomadaire à honorer cette saison avec un effectif pléthorique, surtout dans l’entrejeu.

Aouar (22 ans) s’est soustrait le 22 novembre à Angers à un travail athlétique destiné à ceux qui avaient peu ou pas joué, comme lui, à l’occasion d’un match gagné par l’Olympique lyonnais (1-0).

“Il était logique de prendre des sanctions. J’en avais proposé moi-même et l’institution a décidé d’enlever Houssem du groupe pour le match contre Reims et je respecte cette décision”, a sobrement commenté l’entraîneur Rudi Garcia vendredi face à la presse.

Transfert avorté, Aouar frustré

Le début de saison est compliqué pour le joueur qui avait brillé durant le “Final 8” de Ligue des champions au mois d’août à Lisbonne, jusqu’à l’élimination lyonnaise en demi-finale.

Mais depuis la reprise du championnat, il est franchement à la peine, frustré peut-être aussi par son transfert avorté à Arsenal qu’il espérait rejoindre au mercato: le club londonien a préféré miser les 50 millions attendus par l’OL sur le milieu défensif Thomas Partey de l’Atlético Madrid.

Le 28 août, Aouar était forfait contre Dijon (4-1) après avoir été déclaré positif au Covid-19, ce qui lui a fait manquer un rassemblement de l’équipe de France pour lequel il était convoqué pour la première fois.

Il a ensuite été exclu à Montpellier (défaite 2-1) et a dû sortir en cours de jeu contre Saint-Etienne (2-1), le 6 novembre pour des douleurs aux adducteurs alors que l’OL était mené 1-0. Et ce sont les remplaçants qui ont permis à l’équipe lyonnaise d’inverser la tendance.

Là aussi, sa blessure lui a fait renoncer au stage des Bleus à Clairefontaine avant qu’il ne soit, cette fois-ci remplaçant à Angers… où Lyon a gagné sans lui.

Et pendant ce temps, la concurrence avance à l’OL, exacerbée par l’arrivée, prometteuse, du milieu offensif de l’AC Milan, Lucas Paqueta, et le retour en forme de Thiago Mendes après une première saison décevante à Lyon.

Rudi Garcia, qui doit faire avancer son équipe vers un retour espéré en Ligue des champions, ne peut pas s’embarrasser d’états d’âme.

Avec un match par semaine, faute d’Europe pour la première fois depuis la saison 1996-1997, l’ancien entraîneur de Lille, l’AS Rome et Marseille tente malgré tout de faire vivre son effectif et profite de la règle des cinq remplacements pour concerner un maximum de joueurs.

Mais cette large revue d’effectif n’a pas bénéficié à Aouar dimanche et celui-ci a pu s’en trouver vexé.

“Saine concurrence”

“Ce qui m’a plu à Angers, c’est l’implication du groupe, défensivement et au niveau des joueurs entrants”, se réjouit Garcia, évoquant “une saine concurrence”.

“Cela fait plutôt avancer le groupe. Sur les deux derniers matches, l’équipe a prouvé que le salut pouvait aussi venir du banc de touche”, insiste l’entraîneur.

“Quand la concurrence est au service du collectif, c’est bien pour tout le monde. Celui qui joue va aider celui qui va entrer et celui qui entre va pousser le titulaire à être meilleur également”, constate l’attaquant Karl Toko Ekambi, de retour d’une suspension.

“On ne peut pas jouer avec onze joueurs et 38 journées en étant brillant chaque fois. Pour chacun d’entre eux, il y a un moment où la concurrence est un peu plus favorable à certains plutôt qu’à d’autres”, reconnaît-il.

Sans Aouar, Lyon va s’appuyer une fois encore sur l’émulation pour tenter d’enchaîner contre Reims et confirmer son récent retour sur le podium. Et la concurrence a le champ libre pour marquer des points…