L1: “J’ai besoin de temps” à Lyon, dit Peter Bosz à l’AFP

L’entraîneur néerlandais Peter Bosz, à la tête de l’Olympique Lyonnais, ici à Décines-Charpieu, près de Lyon, le 2 août 2021
Par Francois-Jean TIXIER / © 2021 AFP

Nouvel entraîneur de Lyon, le Néerlandais Peter Bosz admet dans un entretien à l’AFP “avoir besoin de temps” pour que son équipe applique totalement ses ambitieux principes offensifs et joue à nouveau les premiers rôles en Ligue 1.

Q: Vous aviez joué en France à Toulon au tournant des années 1990. Avant de devenir entraîneur de l’OL cet été, que connaissiez-vous de la Ligue 1 contemporaine et de Lyon en particulier ?

R: “J’ai bien sûr suivi les clubs français évoluant en coupes d’Europe avec l’Ajax notamment, avec qui nous avions affronté Lyon en demi-finale de la Ligue Europa en 2017 (4-1, 1-3). Je suivais quand même l’OL, qui est l’un des grands clubs français même si cela fait presque dix ans sans titre.”

Q: Comment trouvez-vous l’effectif actuel ?

R: “Depuis les premiers contacts, pendant mes vacances, nous avons bien étudié l’OL. J’ai vu pas mal de matches de la saison dernière. Je dois mettre cela en relation avec le jeu que l’on veut proposer avec le club. Cela fait cinq semaines maintenant et cela ne fait pas beaucoup de temps pour préparer le championnat. Quelques joueurs sont partis et aucun n’a été recruté depuis mon arrivée. Je commence à mieux connaître les joueurs et nous mettons en place une manière de jouer qui puisse plaire aux supporters mais aussi pour avoir des succès. Il faut associer les deux. Les supporters veulent les deux et moi aussi. Nous avons besoin de temps pour mettre les deux en place. Car il n’est pas facile de jouer offensif, de manière attractive et dominatrice tout en ayant des résultats positifs.”

Q: Durant la pré-saison, Lyon a concédé beaucoup de buts… Partagez-vous ce constat ?

R: “Absolument, mais je ne regarde pas que les résultats. Contre Porto (défaite 5-3), c’était bien mieux que face au Sporting (défaite 3-2) contre qui c’était très mauvais. Contre Porto, nous prenons trois buts tout à la fin après de nombreux changements de part et d’autre. Nous ne sommes pas aussi bien organisés que souhaité. J’ai besoin de temps. Notre effectif n’est pas totalement équilibré sur nos trois lignes et il faut travailler sur chacune d’entre elles.”

Q: Quel regard portez-vous sur cette pré-saison ?

R: “Je suis un nouvel entraîneur à Lyon. Je dois découvrir beaucoup de choses et avant tout mes joueurs. Je dois les connaître de mieux en mieux mais aussi le club et les gens qui y travaillent. C’est difficile. Il y a la langue. Il me faut travailler encore sur le français que je veux améliorer le plus vite possible pour bien communiquer avec tout le monde. Cela coûte beaucoup d’énergie mais c’est intéressant.”

Q: Comment jugez-vous les capacités de vos joueurs à s’adapter à vos principes de jeu ?

R: “Je comprends bien que ce que je demande n’est pas facile car le jeu offensif est difficile. Si on fait une faute face au pressing en défense avec du jeu offensif, cela se voit tout de suite. Si on joue compact devant le but adverse et si on commet une erreur plus haut dans le jeu, qu’il y a du monde derrière le ballon, c’est moins grave. Le président (Jean-Michel Aulas) m’a demandé d’avoir un jeu offensif et attractif. Nous travaillons là-dessus et les joueurs doivent suivre et apprendre. Ils essayent et déjà je vois que nous progressons sur le plan physique car si on joue offensivement, il faut travailler athlétiquement de manière différente, avec des petits sprints et beaucoup d’intensité. Je comprends bien que cela va être un peu long”.

Q: Comme à l’Ajax, le centre de formation de l’OL est très important et a souvent modelé des attaquants de talent. Des jeunes issus de la formation lyonnaise peuvent-ils entrer dans votre organisation ?

R: “Absolument. Contre Porto, nous avons joué avec quatre joueurs de 18 ans. Cela démontre que l’+Académie+ est source de talents. Et encore, nous ne les avons pas tous pris. Et j’aime ça. Quand les joueurs démontrent leurs qualités et la bonne mentalité, ils jouent. Tout en sachant que l’on ne peut pas être constant dans la performance sur toute la saison. Mais je suis très content de Malo Gusto ou Castello Lukeba, qui jouent bien. Et si c’est le cas, ils sont sur le terrain”.

Q: Quelles sont les ambitions de l’OL cette saison ?

R: “Il est impossible pour l’instant de déterminer des objectifs précis. Il est trop tôt. Pour nous situer, j’ai besoin de mieux connaître les forces en présence du championnat.”

Propos recueillis par François-Jean TIXIER