L1: Hakimi et Mendes, deux latéraux dans le vent au PSG

Le défenseur marocain du Paris Saint-Germain Achraf Hakimi tente de déborder l’attaquant néerlandais du FC Bruges Noa Lang, lors de leur match de poules de la Ligue des Champions, le 15 septembre 2021 au Stade Jan Breydel
Par Alexis HONTANG / © 2022 AFP

Les défenseurs Achraf Hakimi et Nuno Mendes, recrutés l’été dernier, ont révolutionné le poste de latéral au Paris SG, qui veut surfer sur la jeunesse sans complexe des deux internationaux pour remporter la Ligue des champions fin mai.

Avant la réception de Saint-Etienne samedi (21h00) en Ligue 1, le coeur des supporters balance entre le couloir gauche et le droit, où deux arrières se font la course pour déterminer lequel d’entre eux sera le meilleur.

D’un côté, Mendes a été l’un des Parisiens les plus en vue lors du huitième de finale aller de Ligue des champions remporté contre le Real Madrid (1-0), le 15 février.

Sa performance électrifiante, sur l’aile gauche où sa vitesse s’est ajoutée à celle de Kylian Mbappé, a fait vibrer le Parc des princes, peu habitué à voir un arrière déborder autant ces dernières années.

A droite, Hakimi apparaît comme l’un des chouchous du public, qui apprécie autant ses accélérations que sa complicité avec “Kyky” hors des terrains, affichée sur les réseaux sociaux.

Hakimi-Mbappé, amis “dès le premier jour”

Avec le Portugais de 19 ans, venu du Sporting CP, et le Marocain de 23 ans, recruté de l’Inter Milan, le PSG a fait carton plein cet été durant le mercato.

Trouver deux latéraux de qualité, après les échecs plus ou moins marqués d’Alessandro Florenzi, Mitchel Bakker, Layvin Kurzawa, Colin Dagba ou Thilo Kehrer constituait l’une des priorités des dirigeants parisiens.

Ils ont dépensé près de 60 millions d’euros pour Hakimi, et ils veulent lever l’option d’achat de 40 M EUR pour Mendes, arrivé en prêt, pour transformer un point faible en force.

Le tandem maroco-portugais fonctionne tellement bien, qu’il apparaît comme l’un des moteurs susceptibles de mener en finale de C1 le PSG, qui rêve d’un premier sacre.

Sans eux, Paris peut souffrir, comme cela a été le cas à Nantes samedi (défaite 3-1), où les deux joueurs, ménagés, ont débuté comme remplaçants.

Des deux joueurs, Hakimi possède les références les plus solides. Formé au Real, le natif de Madrid comptait 16 matches de Ligue des champions avant de rejoindre le PSG.

Avec son style percutant, il s’est fondu aisément dans le système de jeu parisien porté vers l’offensive. “Je me sens à Paris comme à la maison”, a reconnu le défenseur dans un entretien au quotidien sportif espagnol Marca, paru le 14 février.

“Le meilleur latéral droit du monde”, s’est exclamé Mbappé sur Twitter en janvier, après un match de la Coupe d’Afrique des nations qui a vu le Marocain marquer un coup franc.

“Je m’entends très bien avec lui, depuis le premier jour. L’âge joue un rôle parce que nous sommes d’accord sur beaucoup de choses à voir et à faire”, a expliqué Hakimi.

L’ancien de Dortmund et de l’Inter compte trois buts en Ligue 1 (plus trois passes décisives), mais il n’a plus marqué depuis fin septembre. Nuno Mendes, lui, attend toujours de débloquer son compteur.

Mendes veut “grandir”

Il n’a pas eu besoin de faire trembler les filets pour devenir un taulier du onze. “Dans ma tête je me sens jeune, je n’ai que 19 ans et je veux grandir autant que possible”, a-t-il expliqué au site du PSG, mi-janvier.

“Maturité mentale”, “force physique” et joue “sans montrer de stress”: l’entraîneur du PSG voit en Nuno Mendes “une marge de progression et un potentiel énormes” et un joueur dont “on voit seulement une partie de ce qu’il peut faire”.

Celui qui se présentait comme “timide” à son arrivée se sent “plus proche, chaque jour qui passe” de ses coéquipiers.

Les deux joueurs arrivent à se démarquer, mais leur rôle pourrait évoluer dans les semaines à venir en fonction des choix tactiques de l’entraîneur Mauricio Pochettino.

En effet, avant de venir à Paris, Hakimi comme Mendes évoluaient comme “pistons” au sein d’une défense à trois, un rôle qui colle bien à leur profil offensif.

“Poche” a concédé que cette option était sur la table, mais le technicien argentin préfère pour le moment évoluer à quatre derrière.

Ces prochaines semaines, chacune de ses décisions sera scrutée à la loupe, en vue de la C1 qui se profile. Mais le nom des deux latéraux qui débuteront ne fera pas débat.