L1: gros faux pas de l’OM, battu par Clermont

L’OM et Arkadiusz Milik ont été muselés par le Clermont Foot du capitaine Johan Gastien au Stade Vélodrome, le 20 février 2022
Par Stanislas TOUCHOT / © 2022 AFP

L’OM a fait la très mauvaise opération de la 25e journée de Ligue 1 dimanche avec une défaite 2-0 à domicile face au promu Clermont et à son héroïque gardien Djoco, les Marseillais dilapidant ainsi une partie de leur avance sur Nice dans la course à la Ligue des champions.

Jorge Sampaoli avait déjà détesté jeudi la victoire 3-1 de son équipe en Ligue Europa Conférence contre Qarabag, regrettant le manque de contrôle de ses joueurs. Ils en ont eu un peu plus dimanche face à Clermont mais ont été affreusement inefficaces et le technicien argentin a décidément passé une sale semaine.

Bien sûr, l’OM reste deuxième, mais la victoire de Nice face à Angers ramène les Azuréens à une longueur seulement. Strasbourg (4e) est à quatre points, Rennes (5e) à six, et l’OM n’a pas beaucoup de marge.

Clermont en revanche respire mieux. Quinzièmes, les Auvergnats ont un matelas de six points sur la zone rouge.

Avant la défaite de dimanche, la semaine marseillaise avait beaucoup tourné autour des états d’âme de Milik et des réponses assez fraîches de Sampaoli. La suite dira si cette “affaire” est un poison pour l’OM, mais le Polonais était en tout cas bien présent au coup d’envoi, comme Kolasinac, recrue peu utilisée du mercato.

Infranchissable Djoco

C’est du côté du Bosnien, ce côté gauche qui reste un chantier permanent depuis un an à l’OM, que le premier but clermontois est arrivé. Hountondji a lancé Zedadka dans l’immense espace laissé derrière eux par Gerson et Kolasinac et le latéral clermontois a servi Bayo en retrait (1-0, 13e).

Ce tir victorieux a très longtemps été le seul des visiteurs mais il a suffi à placer Marseille en difficulté. Comme contre Angers, le dernier adversaire affronté au Vélodrome, l’OM a donc été rapidement mené. Face au SCO, les Marseillais avaient même encaissé deux buts avant de réagir, mais ils avaient réagi (5-2).

Dimanche, ils ont tout au plus un peu haussé le rythme autour de la demi-heure de jeu, mais en retombant très vite dans leur travers récurrent d’un jeu très latéral et sans grande prise de risque.

Avant la pause, Under a tout de même menacé Djoco après un superbe travail de Lirola (30e), avant une belle frappe de Payet, bien écartée par le gardien clermontois (38e).

Mais l’ensemble était très insuffisant et Clermont n’a pas vraiment tremblé. La pression, tout de même, a été plus forte après la pause.

Djoco a encore été très bon devant Rongier (56e) puis face à Under dans la minute suivante et le gardien de Clermont, imbattable, est encore intervenu d’extrême justesse devant Milik au bout d’une des meilleures actions marseillaises du match (76e).

Grands et petits

A ce moment-là, Bamba Dieng, salué comme l’autre champion d’Afrique Pape Gueye par un tifo représentant le drapeau du Sénégal, était entré et l’OM tentait vraiment d’aller chercher au moins un point.

Gerson, qui a désormais joué à une demi-douzaine de postes différents cette saison, a même fini latéral gauche, et Marseille a poussé. Mais les tirs provençaux ont été trop lointains, trop mous ou trop déviés.

L’OM a penché encore plus vers l’avant dans les dix dernières minutes avec la sortie de Lirola, remplacé par Luis Henrique, qui était alors le quatrième attaquant marseillais sur le terrain, en plus de Payet.

Cela n’a pas servi à grand-chose et c’est au contraire Clermont qui a doublé la mise, le “petit” Allevinah (1,72 m) prenant le meilleur de la tête sur le costaud Gerson (2-0, 84e).

Cette histoire de grands et de petits colle d’ailleurs assez bien à la saison marseillaise, qui a perdu beaucoup de points à domicile contre les modestes, avec des nuls contre Reims et Metz et des revers face à Brest et désormais Clermont.