L1: Galtier, Gourvennec, Pochettino… cinq entraîneurs à suivre

Le nouveau coach de l’OGC Nice Christophe Galtier lors de sa présentation officielle à Nice, le 29 juin 2021
Par Francois BENEYTOU / © 2021 AFP

Un nouveau défi pour Christophe Galtier, une nomination surprise à assumer pour Jocelyn Gourvennec et des entraîneurs étrangers ambitieux sur plusieurs bancs, de Mauricio Pochettino à Jorge Sampaoli: la nouvelle saison de Ligue 1 promet de beaux affrontements sur tableau noir.

Galtier, ambition niçoise

OGC Nice, 54 ans

Dès le championnat remporté par Lille le 23 mai, la question de l’avenir de l’entraîneur Christophe Galtier s’est posée. Dans les jours qui ont suivi, le natif de Marseille a clairement indiqué que son avenir ne s’écrirait plus dans le Nord.

Après de longues tractations, son choix s’est porté sur l’OGC Nice et l’ambitieux projet d’Ineos, propriété du milliardaire britannique Jim Ratcliffe.

Du côté du Gym, on espère que “Galette” saura rééditer la performance réalisée avec Lille, qu’il a mené au titre en moins de quatre ans.

Avec des recrues espérées et d’autres déjà arrivées chez les Aiglons, comme Melvin Bard ou Mario Lemina, mais aussi avec le retour du patron Dante en défense centrale et des talents en plein essor comme Gouiri, Atal ou Boudaoui, Galtier pourrait se baser sur le même modèle que celui adopté chez les Dogues… avec la même réussite ?

Gourvennec, retour surprise

Lille OSC, 49 ans

Pour remplacer Galtier à la tête de l’équipe championne de France en titre, le choix a surpris tous les suiveurs de la Ligue 1 et inquiété les supporters lillois: Jocelyn Gourvennec, sans club depuis deux ans et nanti d’une expérience limitée au plus haut niveau.

Le défi est de taille pour le Breton, dont le principal fait d’armes est d’avoir remporté la Coupe de France 2014 puis d’avoir mené Guingamp en 16e de finale de Ligue Europa en 2015.

Gourvennec mise néanmoins sur la “continuité” avec le projet de jeu compact et collectif porté par son prédécesseur, malgré un mercato qui devrait continuer de s’agiter, dans les deux sens, d’ici au 31 août.

L’aventure a en tout cas bien commencé avec un sacre dimanche lors du Trophée des champions contre l’ogre Paris SG (1-0), le premier de l’histoire du Losc.

Bosz, méthode néerlandaise

Olympique Lyonnais, 57 ans

La principale mission du successeur de Rudi Garcia est de retrouver la Ligue des champions, objectif manqué la saison dernière.

L’ancien entraîneur de l’Ajax arrive à l’OL après deux expériences mitigées en Allemagne, d’abord au Borussia Dortmund puis au Bayer Leverkusen.

Le chantier est de taille pour Bosz, qui devra reconstruire une attaque orpheline de son compatriote Memphis Depay, parti au FC Barcelone.

“J’ai besoin de temps”, a prévenu le technicien néerlandais lundi dans un entretien à l’AFP, refusant de fixer un “objectif précis”, outre celui de jouer de “manière attractive et dominatrice”.

Sampaoli, renouveau marseillais

Olympique de Marseille, 61 ans

A l’orée de sa première saison complète à l’OM, l’entraîneur argentin a été exaucé au mercato. Le marché des transferts, piloté par le nouveau président Pablo Longoria, a tout pour satisfaire Jorge Sampaoli, arrivé sur le banc marseillais en février et porteur d’un projet de jeu intense et exigeant.

Le renouveau constaté depuis son arrivée, ponctué d’une qualification pour la Ligue Europa, est entretenu par les arrivées de joueurs qui semblent correspondre aux attentes de l’ancien sélectionneur de l’Albiceleste: Guendouzi, Konrad de la Fuente, Gerson, Luan Peres, Cengiz Ünder…

Reste à réussir l’amalgame avec les cadres déjà en place, comme le capitaine Steve Mandanda et le meneur de jeu Dimitri Payet et à gérer l’enchaînement des rencontres entre L1 et C3 cet automne.

Pochettino, armada parisienne

Paris SG, 49 ans

Un été studieux, des renforts de rêve (Ramos, Donnarumma, Wijnaldum, Hakimi), et une prolongation récente jusqu’en 2023, signe de la confiance des dirigeants du PSG: sur le papier, la première saison complète du PSG version Pochettino s’annonce sous les meilleures auspices.

Mais l’Argentin n’a plus vraiment le droit à l’erreur, après avoir abandonné le titre au Losc la saison dernière (et le Trophée des champions dimanche), outre une élimination frustrante en demi-finale de Ligue des champions contre Manchester City.

Avec un effectif taillé pour enfin conquérir l’Europe, la pression sera forte sur “Poche”, arrivé en janvier sur le banc du PSG.

Parmi les dossiers sur son bureau, l’Argentin devra gérer l’intégration de l’ancien capitaine du Real Madrid Sergio Ramos, la concurrence entre les gardiens Keylor Navas et Gianluigi Donnarumma, ou encore l’utilisation des vedettes Neymar et Verratti. En attendant de savoir s’il pourra compter sur Kylian Mbappé, en fin de contrat en 2022 mais qu’il souhaiterait conserver.