L1: Galtier face à l’OM, quand “Galette” retrouve son club de coeur

L’etraîneur lillois Christophe Galtier replace ses joueurs lors du match contre Dijon à Villeneuve-d’Ascq, le 31 janvier 2021
/ © 2021 AFP

Entraîneur de Lille mais né et formé à Marseille, Christophe Galtier va vivre son derby personnel mercredi face à l’OM (21h00). Mais pas de place pour les sentiments: le Losc, leader de Ligue 1, doit gagner pour continuer à faire la course en tête.

Natif de la cité phocéenne, “Galette” a débuté comme joueur professionnel sous le maillot marseillais en 1985 avant de partir deux ans plus tard pour… Lille. Revenu à Marseille le temps de deux saisons à l’approche de la trentaine, il y a rebondi un peu plus tard comme technicien, en étant l’adjoint de plusieurs entraîneurs olympiens, dont Bernard Casoni ou Albert Emon.

“Pour moi, l’OM, cela représente des matches en famille dans les tribunes. Mon papa était policier à l’époque, il faisait la sécurité mais il n’y en avait pas besoin donc il prenait ses gamins, les posait dans un coin et on regardait le match. Il trichait un peu parce qu’on ne payait pas les places”, s’est-il remémoré, sourire aux lèvres, mardi en conférence de presse.

“J’ai ensuite intégré le centre de formation, et c’est tout un pan de mon adolescence et de mon apprentissage. Ensuite, il y a le premier match pro, mon parcours, revenir puis être entraîneur adjoint. C’est évidemment une partie importante dans ma vie familiale et sociale”, a poursuivi le technicien.

Bientôt prolongé à Lille ?

Il est depuis devenu un entraîneur qui compte dans le paysage français grâce à des passages réussis à Saint-Etienne puis à Lille, leader surprise de L1 cette saison. Au point d’être régulièrement cité comme candidat potentiel pour le banc de l’OM dès que Marseille traverse des turbulences, ce qui est plutôt régulier.

Ces rumeurs, Christophe Galtier les a toujours démenties, affirmant régulièrement sa volonté de rester dans le Nord, où son contrat court jusqu’en 2022.

“Les choses se passent très bien, il y aura un moment où il faudra que tout le monde se pose pour échanger et voir la suite à donner pour une éventuelle prolongation”, a-t-il dit début février, quelques semaines après l’arrivée d’un nouveau propriétaire à la tête du club nordiste.

Son attachement à Marseille a parfois fait grincer des dents. A commencer par André Villas-Boas, en poste à l’OM jusqu’à début février, qui avait critiqué en novembre dernier “les entraîneurs des autres clubs qui veulent venir ici”.

“Ils coachent des clubs en concurrence avec l’OM, mais ils en parlent tout le temps ! Tout le monde a des rêves, moi aussi”, avait-il persiflé.

“Pas une obsession”

A l’origine de cette sortie, la mention du nom Christophe Galtier par Eric Di Meco, au commentaire de la rencontre Porto-Marseille sur la chaîne RMC Sport. Le consultant, ancien partenaire et ami de longue date de l’entraîneur, avait indiqué avoir reçu un SMS de ce dernier pendant le match.

Désamorcé, le différend entre Galtier et Villas-Boas n’a pas eu de suite. Et si le Portugais a été mis à pied par le club, l’annonce de l’arrivée de l’Argentin Jorge Sampaoli pour le remplacer à partir de la semaine prochaine a tué dans l’oeuf les rumeurs d’un retour du coach lillois dans sa ville natale.

“Je ne dis pas que je n’aimerais pas mais il n’y a aucune obsession de devenir un jour entraîneur de Marseille”, a répété Christophe Galtier mardi.

“J’aime vivre à Marseille, dans mon village à Cassis, aller au Vélodrome et encore plus quand il y a des supporters, mais ça s’arrête là. Je n’aurais aucune frustration si, une fois ma carrière terminée, je n’ai pas entraîné l’OM”, a-t-il tranché.