L1: Flavien Tait, le “marathonien” de l’entrejeu rennais

Flavien Tait presse Lucas Moura lors de la rencontre entre Rennes et Tottenham dans le cadre de la première journée de Ligue Europa Conférence jeudi 16 septembre 2021 à Rennes
Par Fanny CARRIER / © 2021 AFP

Revenu en grâce depuis l’arrivée de Bruno Genesio, Flavien Tait a mené la révolte rennaise contre Tottenham et, même si la réussite n’est pas toujours au rendez-vous, ce grand timide pourrait encore être un meneur précieux dimanche à Marseille (17H00).

Révélé à Angers et arrivé à Rennes à l’été 2019, il avait réussi à s’imposer peu à peu dans l’effectif Rouge et Noir, avant de voir cette progression stoppée par le confinement du printemps 2020.

A la reprise, Julien Stéphan n’a plus autant fait appel à lui et la confiance s’est étiolée. Tout a changé à l’arrivée de Genesio en mars: replacé dans le coeur du jeu, il a montré une envie dont Rennes avait alors bien besoin.

Et l’arrivée cet été de son ancien complice angevin Baptiste Santamaria n’a fait qu’accroître sa confiance et son efficacité sur le terrain.

Mais même si à 28 ans, il est l’un des doyens de cette très jeune équipe, il ne faut pas compter sur lui pour mettre de l’ordre dans le vestiaire.

Leader technique

“Il y a plusieurs façons d’être leader. Il y a ceux qui peuvent l’être dans la prise de parole, il y a ceux qui sont plus des leaders techniques”, explique Genesio.

“Flavien n’est pas quelqu’un de très expansif qui prend beaucoup la parole. Mais sur le terrain il fait partie de ceux qui ont la qualité technique pour assumer ce rôle”, ajoute-t-il.

Face à Tottenham, “il a fait partie de ceux qui ont ramené l’équipe sur le bon chemin techniquement (…), il a ramené un peu de sérénité lorsqu’il avait le ballon dans les pieds”, salue l’entraîneur rennais.

Fébriles pour leurs débuts en Ligue Europa Conférence face au grand favori de la compétition, menés 1-0 après moins d’un quart d’heure sur une nouvelle erreur défensive, les Rennais auraient pu vivre une mauvaise soirée.

Mais Tait, qui avait été le seul à surnager lors de la déroute dimanche face à Reims (0-2), a cette fois réussi à entraîner ses coéquipiers à coup de courses endiablées, de ballons récupérés, de dribbles et de passes rapides pour multiplier les situations vers l’avant.

Et ce n’était même pas son meilleur match en la matière. Contre le PSG en fin de championnat en mai (1-1), il avait récupéré deux fois plus de ballons.

Concurrence de Majer

Jeudi, il a aussi trouvé le chemin des filets, sur une superbe frappe enroulée venue conclure un beau mouvement collectif. Mais alors que Rennes avait pris l’avantage, l’une de ses interventions défensives s’est transformée en passe décisive pour l’égalisation de Pierre-Emile Holbjerg (2-2).

La faute à “pas de chance”, a assuré Genesio, qui a apprécié l’intensité affichée par son “marathonien”. Mais Tait a eu du mal à se relever après l’action.

Dimanche, dans un stade Vélodrome plein à craquer, l’entraîneur rennais compte d’abord sur la rage de vaincre de Tait ou de Gaëtan Laborde pour mener et canaliser ses jeunes pépites.

Seulement 11e au classement avec 3 buts et 5 points en 5 matches, à 5 longueurs de Marseille (3e avec un match en moins), Rennes a déjà besoin d’un sursaut en championnat.

Et Tait ne peut pas se reposer sur ses lauriers. L’arrivée en fin de mercato de Lovro Majer, un milieu créatif au profil semblable au sien, est venue apporter une nouvelle concurrence dans l’entrejeu.

Pour l’instant, le Croate de 23 ans souffre d’une contusion à une hanche. Mais Genesio compte bien le lancer rapidement, compte tenu de la succession “à un rythme assez infernal” de matches dans les prochaines semaines. Même les marathoniens ont besoin de repos.