L1: Ferhat, la meilleure carte nîmoise

Le milieu algérien de Nîmes, Zinedine Ferhat, lors du match de Ligue 1 à Marseille, le 16 janvier 2021
/ © 2021 AFP

Engagé dans une difficile lutte pour le maintien, Nîmes a retrouvé quelques couleurs et un peu d’espoir en 2021, porté notamment par le talent de Zinedine Ferhat, son atout-maître à l’heure d’aller défier le Paris SG mercredi au Parc des Princes.

Fin 2020, Nîmes était dans la nasse. Lanterne rouge, le club gardois se débattait en eaux troubles et sa marge de manoeuvre se rétrécissait à chaque match. A la reprise en janvier, une défaite honorable contre Lille (1-0) et un succès mérité à Marseille (2-1) ont pourtant fait renaître l’espérance.

“Malgré le résultat, le contenu de notre match face à Lille nous a remis en confiance (…) Et à Marseille, on a fait un très bon match, tout le monde était concerné, on commence à retrouver nos valeurs et à regarder vers l’avant”, jugeait alors Ferhat. Mais patatras, la défaite de dimanche à Angers (3-1), premier match d’une semaine importante, a replongé Nîmes dans le dur.

L’international algérien veut pourtant croire que la place des Crocos, de nouveau derniers, est toujours en L1. “Le Nîmes de cette saison est largement plus fort que celui de l’an dernier”, assure-t-il.

A la veille d’une semaine à trois matchs (à Angers, à Paris et face à Monaco), de son oeil pétillant, il escomptait sans fanfaronner “quatre points sur neuf”. “Mais on a la qualité pour gagner deux matches sur trois”, ajoutait-il.

Trois jours après le revers à Angers, la montagne à gravir semble tout de même immense avec le PSG des étoiles et Monaco qui n’en finit plus de gagner. “On ne joue pas le même championnat, mais oui, pourquoi pas”, avait encore souri Ferhat à l’évocation de ces deux grands rendez-vous.

“C’est un régal”

Cela dépend aussi de lui. Car à Nîmes, Ferhat est l’atout offensif d’un collectif actuellement en quête de confiance, de stabilité et de réalisme. Il est même sa principale carte, Jérôme Arpinon ne s’en est jamais caché.

“S’il reste sur ces statistiques, c’est un régal, ce n’est plus un joueur de Ligue 2. Il est devenu, en une saison un véritable joueur de L1, capable quand il est bien d’emmener avec lui tout l’effectif”, disait le technicien gardois en décembre.

Avant le déplacement à Angers, Arpinon a répété tout le bien qu’il pense de son attaquant. “+Zinou+, il mérite d’être dans un grand club. Il est bosseur, ses statistiques se sont améliorées, il a toutes les qualités pour jouer plus haut”, a-t-il expliqué.

“Il a mûri, il a le sens des responsabilités, il est intelligent, il sait se remettre en question et il arrive toujours à l’entraînement avec le sourire (…). Aujourd’hui, un très bon club de L1 ou un club étranger peut s’intéresser à lui.”

Arrivé à Nîmes, alors en L2, en début de saison dernière, l’ancien Havrais se sent pourtant bien dans la peau d’un “croco”.

“Je suis bien à Nîmes, j’y suis à l’aise. Malgré notre mauvaise phase aller, je n’ai jamais douté. J’ai fait de bons matchs et je ne recherche pas les statistiques. Je veux simplement laisser Nîmes en L1. On n’a pas encore parlé d’une éventuelle prolongation. Actuellement, je suis juste concentré sur un seul objectif, le maintien”, assure le milieu offensif.

Nîmes saura-t-il conserver sa pépite la saison prochaine ? Seule certitude: une relégation des Nîmois en ligue 2 précipiterait son départ dès la fin de la saison.