L1: Dupraz, le pari de Saint-Etienne pour se sauver

L’entraîneur de Caen, Pascal Dupraz, avant le match de Ligue 1, contre Montpellier, le 19 janvier 2020 au Stade de La Mosson
/ © 2021 AFP

Nouvelle mission sauvetage pour Pascal Dupraz: pour tenter d’assurer le maintien d’une ASSE à la dérive, la lanterne rouge de Ligue 1 a finalement misé sur l’entraîneur haut-savoyard dont l’image reste associée au maintien miraculeux de Toulouse en 2016.

Dupraz (59 ans), qui succède à Claude Puel limogé début décembre, arrive pour une pige d’une demi-saison, jusqu’en juin 2022.

Il prendra ses fonctions dès mercredi, après un intérim d’une semaine assuré par Julien Sablé, et sera présenté aux supporters le même jour à 14h00, précise le club.

Il y a cinq ans, Dupraz avait pris en main le TFC, alors 20e et dernier en Ligue 1.

L’équipe toulousaine avait ensuite réussi le tour de force de remonter un handicap de dix points sur le premier non-relégable pour se sauver de la relégation sur la dernière journée, avant laquelle il avait tenu une causerie restée dans les mémoires.

Souffrant de quelques problèmes de santé en raison d’une maladie cardiaque congénitale, il avait été limogé vingt mois plus tard alors que Toulouse était 19e de L1.

Meneur d’hommes

C’est un nouveau défi qui l’attend dans le Forez. Les Verts, qui n’ont gagné que deux matches cette saison et restent sur une série de quatre défaites consécutives, demeurent plongés dans une crise de gouvernance sur fonds de vente attendue du club.

Un challenge taillé pour ce Haut-Savoyard à la réputation de meneur d’hommes, pourvu d’un sens aiguisé de la formule. Il a été joueur professionnel à Sochaux, Thonon (L2), Brest, Mulhouse, Toulon, Gueugnon (L2) avec notamment 180 matches en Ligue 1.

Mais en tant qu’entraîneur, il s’est surtout illustré dans les divisions inférieures.

Dupraz a été l’une des pierres angulaires du projet d’Evian-Thonon-Gaillard FC, formé autour de plusieurs fusions de clubs du Chablais et du Genevois avec le soutien du groupe Danone.

Arrivé en 1991 pour terminer sa carrière de joueur alors que le club n’était que le FC Gaillard en Honneur régional (7e div.), il en est devenu l’entraîneur en Honneur (6e div.) contribuant à son accession jusqu’en National sous la bannière des Croix-de-Savoie, en 2006.

Avec Pascal Dupraz sur le banc, l’équipe est redescendue en National 2 avant de remonter deux ans plus tard en N1 (2008). Il est ensuite devenu directeur sportif (2009-2012) dans un club devenu l’ETG FC.

De retour comme entraîneur début septembre 2012 en succédant à Pablo Correa, il avait été licencié en 2015, année de la relégation en Ligue 2, après une finale de Coupe de France en 2013, perdue face à Bordeaux (3-2).

Echec à Caen

Plus récemment, Dupraz, qui retrouvera à Saint-Etienne Jean-François Soucasse, président exécutif qu’il a connu à Toulouse comme directeur général, a repris du service à Caen, en Ligue 2.

Mais il a été limogé en mars dernier, alors que le Stade Malherbe était 14e avec des résultats en chute libre.

Pascal Dupraz, qui a accepté des conditions salariales très basses pour la Ligue 1 assorties d’une prime de maintien, va diriger une équipe en crise de confiance, parfois malchanceuse.

L’ASSE jouera dimanche en coupe de France à Lyon-La Duchère (N2, 4e div.) avant de recevoir Nantes, le 22 décembre pour le dernier match de la phase aller.

Et au retour de la trêve, il devra gérer un effectif amputé de cinq à six joueurs partis à la Coupe d’Afrique des nations, dont le meilleur buteur, Wahbi Khazri. Des absences que le mercato de janvier ne compensera que très partiellement, faute de moyens financiers pour recruter.

Un handicap économique dont Claude Puel avait également été victime lors des quatre dernières campagnes de transferts.