L1: Domenech fait table rase à Nantes et sort Coulibaly du placard

L’attaquant malien du FC Nantes, Kalifa Coulibaly, lors du match de L1 à domicile contre Metz, le 15 février 2021 au stade de La Beaujoire
/ © 2021 AFP

Pour Raymond Domenech, Nantes est reparti de zéro depuis son arrivée, sans passe-droits pour les chouchous et avec une nouvelle chance pour des oubliés comme Kalifa Coulibaly ou les jeunes du centre de formation.

Le grand attaquant international malien a été la première surprise de la feuille de match du derby contre Rennes la semaine dernière. Lui qui comptait moins de 100 minutes de jeu cette saison a disputé l’intégralité des deux premiers matches de l’ère Domenech, avant la réception de Lens dimanche lors de la 20e journée de L1 (15h).

“Je l’avais vu il y a longtemps, je l’ai toujours trouvé intéressant”, a expliqué l’ancien sélectionneur des Bleus. “J’ai envie qu’il participe à l’organisation de cette équipe parce qu’il est une vraie arme, offensive et défensive”.

Face à Rennes (0-0) comme à Montpellier (1-1), Coulibaly s’est surtout distingué par son jeu de tête: il a failli marquer contre Rennes et a constitué avec Nicolas Pallois un premier rideau défensif infranchissable lors des coups de pied arrêtés.

Son jeu au pied a pourtant peiné à convaincre. Mais “il crée un point de fixation” qui libère des espaces, en particulier pour Randal Kolo Muani (22 ans), la révélation de la saison à Nantes, assure Domenech.

Dans une nouvelle organisation à deux attaquants, les deux compères sont-ils vraiment complémentaires ? “On va le prouver”, insiste l’entraîneur.

Pour Coulibaly, les deux premiers matches avec Kolo Muani “se sont bien passés, avec sa vitesse et sa qualité de balle au pied. On n’a pas beaucoup joué ensemble mais on essaie de se donner au maximum pour que cela puisse marcher”. Et en attendant, “ça fait du bien de jouer”.

Garder les jeunes

L’autre surprise des premières feuilles de match de Domenech a été l’absence de Ludovic Blas, meilleur buteur du club avec 5 buts cette saison comme la saison dernière. Christian Gourcuff lui avait donné les clés du jeu dans l’axe et ne jurait que par lui, tout en s’impatientant parfois d’un certain dilettantisme.

Ne jurant que par le collectif, Domenech a choisi de l’exiler sur les ailes avec Imran Louza, invité à proposer des solutions devant, et éventuellement à repiquer dans l’axe quand la situation se présente, comme cela été le cas pour son but à Montpellier.

Et l’ancien sélectionneur des Espoirs (1993-2004) s’emploie aussi à rétablir les ponts que Gourcuff avait coupés avec la formation.

Batista Mendy, prometteur milieu de terrain de 20 ans convoqué dans toutes les catégories de jeunes de l’équipe de France entre U16 et U19, s’entraîne à nouveau avec le groupe professionnel, après plus de deux mois d’exil en équipe réserve parce qu’il refusait de prolonger son contrat expirant en juin.

“Par rapport à la gestion de Nantes, et à l’avenir du club, c’est important de garder les bons jeunes, de les valoriser et de continuer avec eux”, insiste Domenech.

Le président Waldemar Kita vient pourtant de laisser partir Abdoulaye Dabo, 19 ans, en prêt avec option d’achat à la Juventus Turin. Outre Mendy, Thomas Basila, défenseur central de 21 ans, sera lui aussi libre de partir fin juin. Et les négociations patinent pour prolonger Kolo Muani, sous contrat jusqu’en 2022.

“Ce sont des choix stratégiques pour eux et pour le club. Je fais partie de ceux qui pensent que quand on a de bons jeunes joueurs, il faut les garder”, martèle l’entraîneur, assurant qu’il en parle “tous les jours” avec Kita.