L1: Dimitri Payet, cible récurrente

Le capitaine de l’OM Dimitri Payet touhé par une bouteille lancée par un supporter lyonnais depuis le virage nord du Parc OL, le 21 novembre 2021
Par Stanislas TOUCHOT / © 2021 AFP

Adulé à Marseille, détesté à Lyon, Paris et ailleurs: acteur important des sommets de la Ligue 1, le N.10 de l’OM Dimitri Payet est aussi une victime récurrente des débordements.

Comme il l’avait déjà été à Nice en août, le joueur a été touché dimanche à Lyon par une bouteille d’eau pleine lancée par un supporter du Virage Nord du stade de Lyon, en tout début de match.

Mais les insultes n’avaient pas attendu le coup d’envoi: elles avaient débuté dès l’échauffement des deux équipes. Elles se sont poursuivies alors que le joueur était au sol, soigné, et jusque tard dans la soirée, quand le speaker a d’abord annoncé la reprise de la rencontre puis son arrêt définitif.

Décrit comme “touché psychologiquement” dimanche par le président de l’OM Pablo Longoria, Payet, suspendu pour le prochain match des Provençaux jeudi en Turquie face à Galatasaray, était absent lundi à l’entraînement.

Dimanche, quelques instants avant d’être touché à la tête, le Réunionnais s’était d’abord prudemment écarté du point de corner, alors que des boulettes de papier et des projectiles divers le visaient déjà.

Appel au calme

Car il était déjà passé par là le 22 août à Nice, pris pour cible de la même façon au moment de tirer un corner, puis touché, déjà, par une bouteille d’eau pleine, dans le dos. Il avait réagi avec colère en retournant le projectile à l’envoyeur et la situation avait dégénéré avec des incidents graves, désormais récurrents cette saison en L1.

A Lyon comme à Nice, le match n’a pas repris et Payet ne retrouvera les terrains que dimanche à domicile contre Troyes, dans un Stade Vélodrome à huis-clos, sanctionné pour les débordements ayant marqué le dernier OM-PSG (0-0).

Avant ce match contre le grand rival parisien, Payet avait pourtant appelé au calme dans une vidéo. Il n’avait pas été entendu, Neymar et Lionel Messi étant visés par des projectiles au moment de tirer les corners. Payet l’avait publiquement regretté.

“Je veux remercier ceux qui ont joué le jeu parce qu’on ne peut pas mettre tout le monde dans le même sac. Pour d’autres, malheureusement, j’ai vu des bouteilles, des chargeurs, des briquets… Des choses que j’ai déjà vues contre moi, donc je sais ce que c’est. Des supporters ont été moins exemplaires et ils ne peuvent pas se dire supporters de l’OM”, avait-il tranché.

Montage-photo

Footballeur supérieurement doué et volontiers chambreur, Payet est régulièrement exposé à la détestation des fans adverses. En 2020, il avait ainsi moqué sur Twitter la défaite du Paris SG en finale de la Ligue des Champions 2020 contre le Bayern Munich.

Quelques semaines plus tard, avant le choc entre le PSG et l’OM, des banderoles insultantes contre lui et sa compagne avaient été déployées à Paris. Après le succès marseillais au Parc des Princes, il avait répondu avec un montage-photo représentant notamment Neymar en chien, dans les bras du défenseur marseillais Alvaro Gonzalez.

En 2019, il avait également soufflé sur les braises de la rivalité entre Marseille et Lyon, où son passé à Saint-Etienne le rend encore plus impopulaire, avec des attaques très franches contre son ancien entraîneur Rudi Garcia, passé de l’OM à l’OL.

“Ça fait bizarre de le voir dans le camp d’en face, surtout au vu de ses causeries et de ses discours sur les joueurs, les supporters et le président de l’OL. Je n’irai pas dans le détail, mais je n’aimerai pas qu’ils parlent de nous ainsi”, avait-il dit, avant d’inscrire un doublé le jour du match (2-1).

Cette année, avant le match à Lyon, Payet s’est de nouveau présenté face à la presse. Invité à dire s’il avait encore un message à faire passer, il était resté très “soft”: “Rien de spécial. Je fais une cure de kiwi, c’est tout.”