L1: dernière chance pour Lyon et Lille, duel Strasbourg-Nice pour la 3e place

Le milieu de terrain lyonnais Maxence Caqueret est devancé par son homologue portugais de Lille, Renato Sanches, lors de leur match de la 18e journée de Ligue 1, le 12 décembre 2021 au Stade Pierre-Mauroy à Villeneuve-d’Ascq
/ © 2022 AFP

Outre une opposition déséquilibrée entre le Paris SG et Saint-Etienne, la 26e journée de Ligue 1 propose deux duels pour l’Europe ce week-end, un choc de “mal en points” entre Lyon et Lille, ainsi qu’un sommet pour le podium entre Strasbourg et Nice.

. Le choc: Lyon-Lille, dernière chance ?

L’affiche entre l’OL et le Losc, dimanche (20h45) aurait pu être un choc de haut de tableau, mais il n’en est rien: entre le 8e et le 11e, l’opposition est plutôt celle de la dernière chance pour les deux formations, distancées dans la course aux places qualificatives pour la Ligue des champions.

Les Lyonnais pointent à sept longueurs du podium, le champion de France nordiste à neuf. Après sa défaite à Londres mardi en huitième de finale aller contre Chelsea (2-0), Lille paraît très mal embarqué pour revoir la C1 l’année prochaine.

Une défaite mettrait sans doute un terme définitif aux rêves des hommes de Jocelyn Gourvennec, qui n’ont gagné que deux fois en 2022. “Ce n’est pas suffisant sur le plan comptable”, reconnaît l’entraîneur lillois.

L’OL, qui ne dispute qu’un match par semaine en attendant la reprise de la phase finale de Ligue Europa, cherchera lui un peu de régularité. En février 2022, l’équipe de Peter Bosz a été renversante contre Marseille (2-1), dépassée à Monaco (0-2), séduisante face à Nice (2-0), impuissante à Lens (1-1)… Difficile de dégager de la sérénité.

. Le joueur: Justin Kluivert, insaisissable

Nice, 3e, alterne aussi le bon et le moins bon ces dernières semaines, avec une qualification pour les demi-finales de Coupe de France mais aussi deux défaites en Ligue 1.

Mais un homme ne déçoit que rarement: le Néerlandais Justin Kluivert. L’ailier âgé de 22 ans, transfert majeur du mercato niçois l’été dernier via un prêt de l’AS Rome assorti d’une option d’achat, a un impact sur toutes les rencontres, à l’image de son but contre Angers dimanche (1-0).

Contre Marseille en Coupe de France le 9 février (4-1), le Néerlandais avait déjà livré une prestation majuscule, avec deux buts et une passe décisive.

“Il a pris le rythme et la mesure de la charge de travail. Il nous apporte de la profondeur, de la percussion, de la qualité technique”, l’a salué son entraîneur Christophe Galtier.

Contre Strasbourg samedi (17h00), chez des Alsaciens quatrièmes au classement à trois points du Gym, le Néerlandais est attendu au rendez-vous d’une affiche importante pour le podium, d’autant que Marseille (2e), battu la semaine passée, n’a qu’une unité de plus que Nice avant de se rendre à Troyes dimanche (17h05).

. Le chiffre: 37, l’écart entre Paris et Saint-Etienne

Si le Paris-SG et Saint-Etienne n’ont qu’une unité d’écart dans leur nombre de titres de champion de France (9 aux Parisiens, 10 aux Stéphanoisrecord), l’opposition de samedi soir (21h00) a rarement été aussi déséquilibrée en plein coeur de saison.

Le PSG caracole en tête de L1 avec 59 unités, et l’ASSE, 16e, ne compte que 22 petits points, soit un de plus que la lanterne rouge, Bordeaux.

Trente-sept points séparent les deux formations avant leur rencontre au Parc des princes, un gouffre néanmoins réduit ces dernières semaines par “Sainté”, lancé sur une série de trois victoires et un match nul en Championnat.

La dynamique n’est toutefois pas aussi nette que l’écart le laisse entendre, au sein des deux clubs. Car les Parisiens se remettent tout juste d’une humiliation, subie à Nantes (3-1) samedi dans un climat de tension avec l’arbitrage. Devant son public, la “MNM”, Messi-Neymar-Mbappé, va vouloir se racheter.