L1: débuts lillois particuliers pour Létang, ancien du PSG

Olivier Létang, alors président de Rennes, le 18 août 2019 au Roazhon Park
/ © 2020 AFP

Intronisé président-directeur général de Lille vendredi après le changement d’actionnaire, Olivier Létang va connaître un baptême du feu particulier dimanche (21h00) contre le Paris SG, le club de son ex-complice Leonardo, où le Sarthois a été dirigeant durant cinq ans (2012-2017).

Y avait-il premier adversaire plus symbolique pour Olivier Létang que le PSG, un club où il s’est révélé comme dirigeant ?

Létang à Paris, ce sont cinq années passées toujours sur la brèche, au point de lancer, à l’unisson de son ancien mentor Leonardo: “On est fous”. Une “forme de folie”, selon ses mots, qui le poussait à être connecté “en permanence, vingt-quatre heures sur vingt-quatre”, à soigner “le moindre détail”.

Arrivé en 2012 pour épauler “Leo” comme directeur sportif adjoint, l’ancien joueur puis dirigeant de Reims met ses qualités de fonceur au service d’un Paris SG qui a changé d’envergure en passant sous pavillon qatarien.

Lui-même prend son essor en même temps que le club, d’autant qu’il est promu directeur sportif de plein exercice après le départ du Brésilien en 2013, même s’il ne devient officiellement N.1 qu’après trois ans de vacance du poste. Il claquera la porte en avril 2017, quelques mois après le recrutement de Patrick Kluivert à un poste de directeur du football aux prérogatives très larges, et pour lequel le Néerlandais n’avait aucun vécu.

Réseau

“C’était une belle expérience, forcément”, a raconté Létang en décembre 2017 au quotidien Ouest-France. “Est-ce que ça m’a changé ? Je ne sais pas. Encore une fois, on progresse tous si on se remet en cause. Ce que m’a apporté le plus le PSG, c’est un réseau. Forcément puisque vous êtes en connexion avec tout le monde. Les grands clubs, les agents partout.”

C’est ce réseau qu’il mettra ensuite à profit à Rennes (2017-2020), rendant des couleurs au club breton avec pour apogée la Coupe de France, premier trophée pour le club breton en 48 ans, gagné en avril 2019 contre… le PSG.

Mais Paris, ce sont aussi des dossiers qui reviennent hanter le Sarthois: fin 2018, il est mis en cause dans le scandale du “fichage ethnique” des jeunes joueurs au PSG, à l’époque où Létang supervisait le secteur sportif parisien. Auditionné, il n’est finalement pas sanctionné par la commission de discipline de la Ligue (LFP).

Désormais, l’avenir d’Olivier Létang s’écrit avec Lille, où le dirigeant a la lourde tâche de maintenir la belle dynamique sportive de l’équipe en dépit du brusque changement de propriétaire du club.

Dimanche sur sa pelouse du stade Pierre-Mauroy (21h00), le Losc nouveau, celui de Létang et de Merlyn Partners, fonds d’investissement qui a racheté le club à Gérard Lopez, tentera de conserver son fauteuil de leader de Ligue 1 face à son dauphin parisien, triple tenant du titre et grand favori à sa propre succession.

“Bonne dynamique”

“Mon intention est que le club atteigne son plein potentiel et je veillerai à la bonne gestion du Losc sur les plans sportif et financier (…) avec le football au cœur du projet”, a déclaré Létang.

La DNCG a d’ailleurs indiqué samedi dans un communiqué qu’après avoir entendu Gérard Lopez et Merlyn vendredi, elle recevrait les nouveaux dirigeants du club nordiste le 4 janvier pour la traditionnelle audition de mi-saison.

Le capitaine José Fonte a révélé qu’Olivier Létang avait rencontré le groupe pour la première fois samedi: “Le président nous a dit qu’il était très content d’être ici, il veut faire du mieux possible et continuer à gagner, c’est ça le plus important. On a eu une réunion ce matin, il a parlé cinq minutes avant l’entraînement et ça s’est bien passé.”

Interrogé en conférence de presse samedi, l’entraîneur lillois Christophe Galtier n’a pour sa part pas souhaité évoquer la nouvelle donne du club.

“Concernant la nouvelle gouvernance, le rachat du club, le président s’exprimera sûrement dans la semaine. Les joueurs sont très concentrés (…) On est sur une bonne dynamique, les joueurs sont focalisés sur le match, l’enjeu du match, l’exposition du match et nous, le staff, on est sur la préparation de cette rencontre car c’est un grand rendez-vous.”

Fait curieux, le technicien a précisé ne pas avoir prononcé la phrase que lui attribuait vendredi le communiqué de presse d’officialisation du changement d’actionnaire.

Quoi qu’il en soit, une victoire contre le PSG dimanche permettrait d’évacuer les soubresauts d’une semaine agitée en coulisses. Et de lancer le mandat d’Olivier Létang à Lille sous les meilleurs auspices.