L1: Danso contre Fonte, duel de générations dans le derby du Nord 

Le capitaine lillois Jose Fonte tacle Kevin Ndoram du FC Metz, en ouverture de la sison à Saint-Symphorien, le 8 août 2021
/ © 2021 AFP

Séparés de quinze ans mais tout aussi importants pour leur équipe, le défenseur central lensois Kevin Danso et son homologue lillois José Fonte seront au coeur du derby du Nord disputé samedi (17h00), lors de la 6e journée de Ligue 1.

Dans ce match entre deux formations qui attaquent mieux qu’elles ne défendent, la maturité du plus jeune et l’explosivité du plus âgé seront mises à rude épreuve.

Pour Kevin Danso, nouveau venu dans le championnat de France, ce ne sera pas le premier grand rendez-vous. A 22 ans, il compte 41 apparitions en Bundesliga avec Augsbourg, six en Premier League avec Southampton et quatre en Ligue 1 avec Lens.

Opposé à plusieurs très bons attaquants, il savait choisir ses rendez-vous, lui dont les trois buts dans l’élite ont été marqués face au Bayer Leverkusen et à Dortmund, deux cadors outre-Rhin.

Pour le convaincre de venir, le Racing, qui le suivait de longue date, n’a pas hésité à sortir le chéquier. Au-delà du montant, estimé à 5,5 millions d’euros, le club l’a aussi convaincu par le jeu.

Danso, défenseur polyvalent

“On lui a envoyé des vidéos entre sept et dix minutes pour lui montrer ce qu’on cherchait chez un défenseur central et, en même temps, on a mis ses propres images, qui correspondent à ce qu’on attend. Notre projet de jeu et ce qu’il peut nous apporter”, a expliqué Franck Haise dans un podcast du média Coparena.

“On savait qu’il pouvait jouer milieu avec la sélection Espoirs autrichienne et cette polyvalence était encore un point positif supplémentaire”, avait-il ajouté.

Aligné dans l’axe de la défense à trois, il remporte 73 % de ses duels en Ligue 1 et n’hésite pas à se projeter pour créer le surnombre.

Face à Monaco, premier match sous ses nouvelles couleurs jugé “très, très intéressant” par son coach en conférence de presse, il avait imposé son gabarit (1,90 m pour 85 kg) dans les airs et intégré le milieu lors des phases de relance.

Cette qualité de déplacement ne fait pas partie du registre de José Fonte. Le Portugais n’a jamais été le plus rapide et, à 37 ans, il l’est encore moins que dans sa jeunesse.

Fonte, leader sur et en dehors du terrain

Capitaine du Losc et leader de vestiaire, il est aussi celui qui se présente face à la presse quand le bateau tangue. Une présence importante en dehors du terrain qui se double d’un statut de titulaire indiscutable.

En match, c’est lui qui ajuste la hauteur de la ligne défensive et replace ses partenaires, pour la plupart jeunes et inexpérimentés. Si Gabriel, son ancien binôme, est parti à Arsenal, et que Sven Botman, qui l’accompagne aujourd’hui, est courtisé à l’étranger, il n’y est sans doute pas étranger.

Le début de saison a pourtant été compliqué. Plus exposée, la défense lilloise a régulièrement craqué (11 buts encaissés en 5 matchs) et Fonte a eu du mal à surnager (62 % de duels gagnés).

Le nul contre Wolfsbourg en Ligue des champions mardi (0-0), premier “clean sheet” (match sans encaisser de but) depuis le Trophée des champions contre un Paris SG remanié le 1er août, rappelle que si les Dogues ont un leader défensif, ils ont besoin du collectif.

“Lille, c’est l’effort, c’est être ensemble, solides, compacts et ne pas donner d’occasions à l’adversaire”, a réagi le champion d’Europe 2016 au micro de Canal+ après le match.

Auteur d’une tête à côté en toute fin de match, José Fonte aurait pu être le héros. Comme Kevin Danso, il pourrait bien être décisif des deux côtés du terrain.