L1: dans la course au titre, quel prétendant a la route la plus dégagée?

L’attaquant brésilien du PSG Neymar et le milieu de terrain de Lille Benjamin André, le 3 avril 2021 au Parc des Princes
Par Jeremy TALBOT avec les bureaux régionaux de l’AFP / © 2021 AFP

Quatre clubs, regroupés en cinq points, peuvent prétendre au sacre en Ligue 1 à six journées de la fin. Focus sur le sprint final entre le leader Lille (69 points) et ses poursuivants Paris SG (66 pts), Monaco (65 pts) et Lyon (64 pts).

Lille: le plus dur… au début

Ses six derniers matches: contre Montpellier à domicile, à Lyon, contre Nice, à Lens, contre Saint-Étienne, puis à Angers.

Pour les Lillois, la route vers le sommet est semée d’embûches, a fortiori lors des quatre matches à venir, tous contre des membres du top-10. La réception de Montpellier (8e) vendredi va donner le ton avant un déplacement à Lyon (4e) qui pourrait valoir cher.

Plutôt que de parler de course au titre, “j’appelle ça la course au podium, mais on a un calendrier difficile”, avait commenté l’entraîneur Christophe Galtier avant de gagner 1-0 à Paris début avril. “C’est toujours difficile, âpre, ça se joue sur la fraîcheur et sur le sang-froid”.

Le 9 mai, les Dogues se déplacent par ailleurs chez le grand rival régional, le RC Lens (5e), au moment où les Sang et Or luttent, eux, pour une place en Ligue Europa Conférence, la nouvelle troisième coupe européenne qui sera lancée l’an prochain par l’UEFA, voire en Ligue Europa.

Lille, meilleure équipe à l’extérieur, finira son sprint final à Angers. “Tous les matches vont être difficiles car tout le monde voudra battre le premier. Il faudra s’arracher à chaque match”, rappelle le milieu Benjamin André.

Paris: le plus abordable… et chargé

Ses six derniers matches: contre Saint-Étienne à domicile, à Metz, contre Lens, à Rennes, contre Reims, puis à Brest.

Le PSG ne croisera aucun cador sur sa route. L’adversité la plus relevée viendra néanmoins de Lens, le promu qui l’avait surpris 1-0 en tout début de saison. Le 9 mai, il faudra aussi rendre visite à Rennes, l’actuel 7e de L1 qui tentera jusqu’au bout d’accrocher une place européenne.

Le problème pour les Parisiens ne viendra pas seulement du championnat mais de l’enchaînement des matches: les vice-champions d’Europe en titre sont encore engagés dans trois compétitions.

Entre la réception de Saint-Étienne dimanche et le déplacement à Metz le week-end suivant, Angers viendra au Parc le 21 avril en quart de finale de la Coupe de France. Surtout, la réception de Lens ensuite sera encadrée par deux sommets contre Manchester City en demi-finales de Ligue des champions, les 28 avril et 4 mai.

La saison du PSG se jouera peut-être sur ces trois matches en six jours.

Monaco: le plus voyageur

Ses six derniers matches: à Bordeaux, à Angers, contre Lyon à domicile, à Reims, contre Rennes, puis à Lens.

Contrairement à ses concurrents, l’AS Monaco aura quatre de ses six derniers matches à jouer loin de ses bases. Le club de la principauté est actuellement la cinquième meilleure équipe à l’extérieur.

Au milieu de ces déplacements, il y aura la réception cruciale de Lyon le 2 mai au stade Louis-II. En championnat, les partenaires de Wissam Ben Yedder n’ont plus perdu depuis la visite de Lens (défaite 3-0) à la mi-décembre.

La direction monégasque veut retrouver la Ligue des champions, mais l’entraîneur reste prudent. Il “manque six points pour assurer la 4e place” synonyme de Ligue Europa, a résumé récemment Niko Kovac. “On n’a pas notre destin en main pour viser le titre puisqu’on ne joue ni Paris, ni Lille.”

Lyon: le plus corsé

Ses six derniers matches: à Nantes, contre Lille à domicile, à Monaco, contre Lorient, à Nîmes, puis contre Nice.

Dernier membre du carré de tête, l’Olympique lyonnais fait face à un calendrier aussi dense qu’intense. Au quart de finale de Coupe de France, le 21 avril à domicile contre Monaco, s’ajoutent des duels en L1 face à des équipes luttant pour le maintien (Nantes, Lorient, Nîmes) et des chocs contre deux concurrents directs: Lille, le 25 avril à la maison, puis Monaco la semaine suivante à Louis-II.

“Il faut se lâcher, se concentrer sur nous, être capable de réaliser une série de victoires, que nous soyons en capacité de gagner à Nantes (dimanche) parce qu’après, il y aura, certes Monaco en Coupe, mais Lille et Monaco en championnat”, a rappelé l’entraîneur Rudi Garcia après la victoire 3-0 contre Angers dimanche. “Il faut arriver sur ces confrontations-là en ayant fait le plein”.

cb-nb-fjt-jta/jed/fbx