L1: dans la course au podium, Nice se relance et freine Rennes

La joie du défenseur algérien de Nice, Youcef Atal (g), après avoir marqué le 2e but contre Rennes, lors de la 18e journée de Ligue 1, le 12 décembre 2021 au Roazhon Park
/ © 2021 AFP

La malédiction du dauphin a encore frappé… Battu 2-1 par Nice, Rennes laisse sa 2e place à la portée de Marseille, tandis que les Aiglons remontent provisoirement sur le podium, lors de la 18e journée de Ligue 1.

Nice a pris l’avantage sur un penalty de Kasper Dolberg (18e) et une frappe magistrale de Youcef Atal (50e), mais le réveil rennais n’a permis qu’une réduction du score par Benjamin Bourigeaud (58e).

Pour Rennes, la promenade de santé face à Saint-Etienne (5-0) la semaine dernière est déjà oubliée: revoilà l’impuissance ressentie 10 jours plus tôt lors de la défaite contre Lille (2-1).

Les Rouge et Noir y avaient temporairement perdu leur 2e place. Dans un championnat très serré derrière le PSG, le dauphin ne s’est d’ailleurs quasiment jamais imposé cette saison.

Pour Nice, qui revient à un point de Rennes, c’est la fin d’un passage à vide (un nul et deux défaites) couronné par la claque contre Strasbourg la semaine dernière (0-3).

Comme face à Lille, Rennes a mis beaucoup d’engagement d’entrée de jeu, sans pour autant réussir à trouver la faille face à des Niçois déterminés et bien en place.

Sans s’être montrés dangereux jusque là, les hommes de Christophe Galtier ont ouvert le score sur un penalty, obtenu pour un choc entre Baptiste Santamaria et Dante sur un corner puis transformé par Dolberg d’une frappe à ras de terre (0-1, 18e).

Poussés par un stade plein, et enfin animé par le retour des Ultras du RCK, les Rennais ont tenté de réagir, avec une tête de Nayef Aguerd sur le poteau droit, avant de perdre peu à peu leur allant.

Ainsi, Atal est parvenu à brider Kamaldeen Sulemana, entré à la demi-heure de jeu en remplacement de Martin Terrier, apparemment victime d’un malaise.

Dolberg a eu plusieurs occasions d’alourdir la marque (33e, 45e), mais il a laissé ce soin à Atal, en décalant idéalement l’international algérien, dont la frappe puissante est venue se loger sous la barre (0-2, 50e).

L’attaquant danois, prolifique à l’extérieur puisqu’il y a inscrit ses quatre buts de la saison, a manqué le KO avec une frappe à ras de terre qui a longé le poteau (54e).

Et les Rennais se sont réveillés: après une tête de Serhou Guirassy passée juste au-dessus (57e), Benjamin Bourigeaud a réduit la marque d’une tête plongeante sur un magnifique centre d’Adrien Truffert (1-2, 59e).

Les hommes de Bruno Genesio ont continué à pousser mais les Niçois sont restés concentrés et les Rouge et Noir ont manqué de réussite.

Ainsi, Gaëtan Laborde n’a pas pu cadrer quand Benitez a repoussé sur lui une frappe lointaine d’Hamari Traoré (62e) et Benitez s’est interposé deux fois de suite face à Lorenz Assignon (88e) puis sur un coup franc de Lovro Majer (90+2).