L1: Cherki trépigne à Lyon mais doit encore convaincre

L’attaquant de Lyon Rayan Cherki célèbre un but sur la pelouse de Brondby, au Danemark, en Ligue Europa le 25 novembre 2021
Par Francois-Jean TIXIER / © 2021 AFP

Quatre buts avec l’équipe de France Espoirs, un doublé contre Brondby (3-1) jeudi en Ligue Europa… Rayan Cherki enchaîne les fulgurances pour tenter de convaincre son entraîneur Peter Bosz de le faire jouer davantage en Ligue 1, comme par exemple dimanche à Montpellier (17h00).

Dans un effectif lyonnais où la concurrence en attaque est féroce, le joueur âgé de 18 ans doit en effet prendre son mal en patience d’autant que ses performances en championnat ne lui ont pas permis de bouleverser la hiérarchie.

Le 11 novembre à Grenoble, le jeune attaquant surclassé chez les Espoirs (moins de 21 ans) défiait l’Arménie avec l’équipe de France: il n’a pas raté l’opportunité de reprendre confiance au poste de milieu offensif, en soutien de l’attaquant de pointe, avec un but sur un coup franc et avec une performance plutôt aboutie (7-0).

“Cela fait plaisir d’évoluer à mon véritable poste, celui où je me sens le mieux. Je pense que cela s’est vu au travers de ma performance”, a confié l’attaquant après la rencontre face aux Arméniens, en guise de message à l’adresse de Bosz.

Records de précocité

“Bien sûr, c’est très positif. Il ne faut pas s’arrêter à cela. Rien n’est acquis parce que j’ai marqué quatre buts en trois matches. Il faut continuer à travailler pour enchaîner et prendre le maximum de plaisir”, a-t-il ajouté.

Le jeune attaquant formé à l’OL avait aussi marqué contre la Serbie (3-0) et réalisé un doublé face à l’Ukraine (5-0) en octobre… Des performances saluées par l’entraîneur lyonnais.

“Oui, c’est bien pour lui de prendre des minutes (de temps de jeu, NDLR) car chez nous, il n’en a pas pris beaucoup”, a reconnu Bosz mi-octobre. “C’est important pour un jeune de jouer. Je choisis les joueurs qui me permettent de gagner les matches. Je vois ses entraînements, comment il entre en jeu et même les matches internationaux. Et après, je choisis”, a-t-il fait valoir, disant “comprendre” que Cherki souhaite jouer plus.

Jeudi, en Ligue Europa contre Brondby, l’attaquant était titulaire pour la quatrième fois cette saison, la deuxième en C3, dans une équipe lyonnaise fortement remaniée.

Cette rencontre européenne lui a permis de battre encore un record de précocité, celui, à 18 ans et 100 jours, du plus jeune joueur de l’OL à avoir inscrit un doublé en coupe d’Europe, le 2e plus jeune Français après Laurent Paganelli (17 ans, 332 jours).

“Une marge de progression”

Il est aussi le joueur le plus précoce de l’Olympique lyonnais à avoir inscrit un but en professionnel, à Bourg-en-Bresse (National) en 32e de finale de la Coupe de France (7-0), le 4 janvier 2020, à 16 ans et 140 jours.

Depuis, il a aussi été le premier à atteindre les trente matches, à 17 ans et 173 jours.

Mais malgré son doublé jeudi sur trois tirs tentés, Rayan Cherki n’a pas totalement convaincu.

“Ces deux buts ont été importants pour nous mais avec tous mes joueurs, je suis honnête. Il y a toujours possibilité de faire mieux et Rayan a une importante marge de progression. Il n’a que 18 ans”, a rappelé de son côté, Peter Bosz.

Peut-il être désormais un prétendant sérieux à une place comme titulaire ?

“Cela dépendra de ses performances. En première période, il n’a pas été très bon, comme l’équipe, notamment sur le pressing. Ce n’était pas, avant la pause, ce que j’attendais”, a tempéré l’entraîneur néerlandais.

Comme son prédécesseur Rudi Garcia, il attend plus de Cherki dans l’effort collectif, de celui que l’on présente comme un prodige mais qui a encore tout à prouver.

Et Lyon n’a de toute façon pas de temps à perdre: freiné par les débordements de supporters et l’interruption définitive de son match contre Marseille le week-end dernier, l’OL n’est que 10e avec 19 points (un match en moins) avant d’affronter dimanche Montpellier (9e, 19 pts) dans un duel déjà crucial dans la course à l’Europe…