L1: Bordeaux sombre à Reims, Petkovic sur un fil

Incompréhension des joueurs bordelais sur le 5e but de Reims inscrit par Wout Faes au stade Auguste Delaune, le 6 février 2022
/ © 2022 AFP

Bordeaux a fait naufrage dimanche à Reims, battu 5-0 lors de la 23e journée de Ligue 1, et glissé dangereusement à la 19e place, fragilisant un peu plus l’entraîneur Vladimir Petkovic dont les jours sont peut-être comptés.

Malgré ses deux recrues hivernales, Anel Ahmedhodzic et Josuha Guilavogui, alignés au coup d’envoi, les Girondins ont encore pris l’eau de toutes parts. Ils en sont désormais à 58 buts encaissés et n’ont jamais été dangereux.

Pour leur entraîneur suisse, déjà mal embarqué mais qui avait gagné du temps après la victoire contre Strasbourg fin janvier (4-3), l’avenir paraît désormais plus qu’incertain.

De leur côté, les Rémois, qui n’avaient pas encore marqué en 2022 en championnat, se sont offert un festival offensif pour leur première victoire en cinq rencontres. Les partenaires d’Hugo Ekitike, à nouveau buteur (9 réalisations en L1), restent 14es, avec 7 points de plus que leurs adversaires du jour.

Bordeaux, qui n’a toujours pas réussi à garder sa cage inviolée cette saison en L1, a justifié son statut de pire défense d’Europe.

Petkovic pourra sans doute pester contre le premier but encaissé par ses joueurs, sur un penalty très généreux provoqué par un léger accrochage aérien de Hwang Ui-jo et transformé en deux temps par Ekitike (1-0, 39e). En revanche, il ne pourra s’en prendre qu’à son équipe pour sa seconde période catastrophique.

Les Rémois, qui ont perdu trois joueurs sur blessure en moins d’une mi-temps (El Bilal Touré, Moreto Cassama et Thomas Foket), ont néanmoins réussi à plier le match dès la reprise.

Sur un corner mal dégagé dans la surface, Marshall Munetsi, qui revenait après deux mois d’absence, a catapulté le ballon sous la barre de Gaëtan Poussin (2-0, 46e). Assommés, les Bordelais ont ensuite coulé et Azor Matusiwa (59e, 3-0), Wout Faes (60e, 4-0) et à nouveau Munetsi (76e, 5-0) s’en sont donné à coeur joie.

Pour parachever cette pathétique performance, l’entrant Danylo Ignatenko n’a passé que neuf minutes sur le terrain, exclu pour un tacle jugé non maîtrisé (72e) alors qu’il disputait ses premières minutes en L1.

Cette nouvelle débâcle a peut-être scellé le sort de l’entraîneur bordelais.