L1: avant le Real, Navas se met dans le rythme

Le gardien du PSG Keylor Navas avant le match contre Rennes, le 11 février 2022 au Parc des Princes
Par Antoine MAIGNAN / © 2022 AFP

Titularisé dans les buts du Paris SG vendredi contre Rennes en Ligue 1 (1-0) au détriment de Gianluigi Donnarumma, Keylor Navas a engrangé un temps de jeu précieux à quatre jours de recevoir en Ligue des champions son ancien club, le Real Madrid.

Le Costaricien peut aborder avec confiance le retour de la C1, prévu mardi (21h00) au Parc des princes: auteur d’un match solide, avec un “clean sheet” à la clé, Navas sait qu’il a marqué des points dans la concurrence avec son coéquipier italien en vue du sommet européen.

Si l’entraîneur Mauricio Pochettino a toujours procédé à une alternance équitable entre les deux portiers, la titularisation de Navas vendredi augmente en effet ses chances de figurer dans le onze de départ mardi.

Cela avait été le cas pour le déplacement à Manchester City, le 24 novembre: Navas avait débuté contre Nantes quelques jours plus tôt. Idem lors du voyage à Leipzig avant cela: Donnarumma avait joué contre Lille cinq jours avant de se rendre en Allemagne dans la peau d’un titulaire.

Après avoir disputé une rencontre en sélection face à la Jamaïque le 3 février (victoire 1-0), le gardien de 35 ans avait été laissé sur le banc à Lille dimanche (5-1) au profit de Donnarumma, solide malgré un but encaissé qu’il avait été tout près de détourner, devant Sven Botman…

Débuter face au club merengue, qu’il a quitté en 2019 après trois victoires de suite en C1, serait un nouveau signe que Navas est loin d’avoir dit son dernier mot dans la bataille qu’il mène quotidiennement face au meilleur gardien du dernier Euro, l’une des recrues phares du PSG cet été, qui représente l’avenir du club parisien à seulement 22 ans.

“Une bonne relation”

“Pour les gardiens, je suis très content, autant de Navas que de Donnarumma. On décidera lequel des deux jouera dans les prochains jours”, a évacué Pochettino jeudi en conférence de presse, comme à son habitude.

Le choc face au Real sera quoi qu’il arrive une nouvelle occasion de passer les choix du technicien argentin au révélateur européen, après six mois d’une gestion souvent questionnée de la hiérarchie à ce poste.

Avant le retour de la C1, le débat est d’ailleurs revenu sur la table, forcément, et l’Italien a été prié de s’exprimer sur son entente avec son homologue, dans une interview à la Gazzetta dello Sport.

La concurrence, “je savais que ce serait le cas en venant ici. Je ne sais pas ce que lui en pense, mais pour moi ça me va, d’autant plus que tout le monde ici me montre que je suis important”, a lancé “Gigio” au journal italien. “Ce n’est pas vrai qu’il y a parfois des étincelles avec Keylor. Nous avons une bonne relation, c’est un bon gars. Pour moi, il n’y a aucun problème”.

Ces déclarations tranchent avec la position exprimée par l’Italien en novembre, celui-ci ayant concédé auprès de la chaîne brésilienne TNT Sports que cela faisait “mal de rester sur le banc”. “Il est certain que ça me perturbe personnellement car ce n’est pas simple”, avait-il admis.

De son côté, Keylor Navas a aussi glissé, fin janvier, son ressenti, lors d’un passage en zone mixte. “Pour nous, c’est une saison assez concurrentielle. C’est toujours bon d’avoir de la concurrence mais sur le plan personnel tout n’est pas agréable”, a-t-il reconnu.

Contre Rennes vendredi, la soirée a été plutôt agréable, en revanche, avec un seul arrêt à faire, devant Benjamin Bourigeaud (7e). Elle le sera sans doute moins face au Real.