L1: Après les incidents, Nice et Marseille assurent le spectacle

L’attaquant turc de l’OM Cengiz Ünder (d) vient de marquer contre Saint-Etienne, le 28 août 2021 à Marseille
/ © 2021 AFP

Une semaine après leur opposition houleuse, Nice et Marseille ont remis le beau jeu au centre du terrain: l’OGC a concassé Bordeaux (4-0) malgré le huis clos et l’OM a fait chavirer le Vélodrome devant Saint-Etienne (3-1) grâce à ses recrues.

Les images de la cohue ayant mêlé Niçois et Marseillais le week-end dernier, après des jets de projectiles ayant entraîné l’arrêt de leur duel, ont laissé place à un spectacle de haute qualité sur les bords de la Méditerranée.

A Marseille, l’équipe de Jorge Sampaoli s’est montrée, comme à son habitude, aussi remuante et séduisante en attaque que fébrile en défense.

Le mercato frénétique du président phocéen Pablo Longoria s’est matérialisé au tableau d’affichage avec trois buts marqués par des recrues estivales: Mattéo Guendouzi (23e), prêté par Arsenal, a ouvert le bal, avant des réalisations du Brésilien Gerson (51e) venu de Flamengo et du Turc Cengiz Ünder (68e), prêté par la Roma.

Au-delà du score, l’OM a montré de la détermination et du talent, porté par ses bouillants supporters et un meneur de jeu inspiré en la personne de Dimitri Payet, au four et au moulin.

C’est lui qui a par exemple initié l’action de l’ouverture du score, d’une passe subtile pour Ünder en profondeur. Ce dernier a centré, la frappe de Konrad De la Fuente a été contrée, mais Guendouzi a bien suivi.

En revanche, les partenaires de Steve Mandanda ont encore encaissé un but, évitable de surcroît, comme à chaque match cette saison. Timothée Kolodziejczak a profité de la passivité d’Alvaro et Valentin Rongier pour égaliser sur corner (32e) de la tête.

Nice, jeunesse triomphante

Plus tôt dans l’après-midi, à Nice, l’Allianz Riviera avait retrouvé le calme en tribunes, vidées de ses supporters sur décision de la commission de discipline de la LFP, mais cela n’a pas empêché les joueurs niçois de se déchaîner face à des Bordelais dépassés.

Bien que privés de leur buteur danois Kasper Dolberg, forfait sur blessure, les Aiglons ont survolé la rencontre grâce au talent de leur jeunesse triomphante incarnée par Amine Gouiri.

A 21 ans, l’international Espoirs français a ajouté un doublé (33e, 42e sur penalty) à son bilan statistique, récompensant une incessante activité qui a donné le tournis au capitaine girondin Laurent Koscielny.

Son association avec le jeune néerlandais Justin Kluivert (22 ans), buteur dès la septième minute puis décisif sur le premier but de Gouiri, a de quoi ravir Christophe Galtier, dont l’équipe n’a pas encore encaissé le moindre but depuis le début de saison.

L’entraîneur a relevé “des réglages à faire” pour s’améliorer, mais refuser de “faire la fine bouche”. “Je suis très satisfait du résultat. Il fallait très vite trouver la profondeur et nous avons saisi les bonnes opportunités”, s’est-il satisfait.

Nice a conclu son festival offensif par Khéphren Thuram (85e), le fils de Lilian et frère de Marcus marquant une poignée de secondes après son entrée en jeu.

“Le quatrième but niçois est un peu le résumé de notre match: insuffisant. Nous n’avons pas su réagir et nous avons été trop naïfs dans les un contre un”, s’est lamenté Vladimir Petkovic, le nouvel entraîneur de Bordeaux.

Pour se relever de débuts ratés, les Girondins espèrent recruter en attaque et en défense. Les Niçois, de leur côté, ont officialisé l’arrivée de l’ancien buteur montpelliérain Andy Delort quelques minutes avant le coup d’envoi. Samedi, c’était jour de fête sur la Côte-d’Azur.