L1: Angers capitalise contre Dijon

Le joueur d’Angers Farid El Melali (d) félicité par son entraîneur Stéphane Moulin après son but lors de la victoire 2-0 à domicile contre Dijon le 31 août 2019
/ © 2019 AFP

Moins virevoltant que contre Metz ou Bordeaux, le Sco d’Angers s’est offert une troisième victoire en quatre matches de Ligue 1 cette saison, samedi contre Dijon (2-0).

Avec neuf points en quatre matches, son meilleur bilan depuis sa remontée en 2015, le club angevin se retrouve sur le podium de Ligue 1, seulement devancé à la différence de buts par le Paris SG et Rennes (qui joue dimanche). En revanche, Dijon reste quant à lui bloqué à zéro unité, au fond du classement.

“Ca serait bizarre de pas être satisfait ce soir”, a réagi Stéphane Moulin, le coach du Sco. “C’est quasiment carton plein, même si le match de Lyon est cruel pour nous (défaite 6-0 au Parc OL). Gagner trois matches à domicile, ce n’est pas simple. On l’a fait, félicitations au groupe”.

En manque de confiance, les Dijonnais ont laissé la balle d’entrée aux Angevins. Le Sco a dominé la première période mais peinait toutefois à s’approcher du but de Runarsson. Capelle tergiversait trop dans la surface (9) alors qu’El Melali manquait le cadre à l’entrée de la surface (12).

“Ils (Dijon) sont venus à cinq derrière, c’est un peu la rançon de la gloire car on avait fait deux matches à domicile en marquant trois buts à chaque fois (contre Angers et Metz, ndlr), a souligné Moulin. “Ce n’est pas notre meilleur match, mais on avait mis la barre tellement haute que ce n’était pas facile de faire aussi bien”.

La plus belle occasion de la première période est venue de l’Angevin Alioui qui, après une récupération de Capelle, a vu sa frappe à ras de terre joliment déviée sur le poteau par le portier dijonnais (29).

Les hommes de Stéphane Jobard ont peiné à se montrer dangereux avec leur système à cinq défenseurs. Et, preuve de leur manque de chance depuis le début de la saison, ils ont perdu deux joueurs sur blessure, Coulibaly et Marié, avant la pause.

La malchance était toujours là en seconde période, puisque sur un centre anodin d’Ait Nouri mal dégagé par la défense dijonnaise, Ngonda a malencontreusement trompé son gardien en voulant lui pousser le ballon de la tête en retrait (50).

“On a posé des problèmes à Angers en première période, mais ils ont fini par se créer des occasions à cause de nos erreurs”, a regretté Stéphane Jobard après cette nouvelle défaite. “Il faut vite corriger le tir, et que mes joueurs apprennent vite, pour sauver notre peau en L1”.

Loin d’être brillant, le Sco a même doublé la mise grâce au petit lutin algérien Farid El Melali, de la tête (71). L’éternel remplaçant de la saison dernière, enfin devenu titulaire, avait déjà marqué la semaine dernière, de la tête, face à Metz.

La marque d’une équipe en pleine confiance, qui a finalement bien digéré le départ à Lyon de son attaquant vedette, Jeff Reine-Adélaïde, après le premier match de la saison.