L1: accroché par Metz, Lille ne se rassure pas avant Chelsea

L’attaquant lillois Burak Yilmaz stoppé par le défenseur du FC Metz Boubakar Kouyaté lors du match nul (0-0) à Villeneuve-d’Ascq, le 18 février 2022
/ © 2022 AFP

A quatre jours d’un déplacement à Chelsea en 8e de finale aller de Ligue des champions, Lille a montré un visage inquiétant face à Metz (0-0), avant-dernier de L1, vendredi en ouverture de la 25e journée.

Sans envie et sans idées en première période puis en manque d’efficacité en seconde, le Losc a été accroché par une vaillante équipe lorraine et a encore perdu deux points précieux dans la course aux places européennes. Alors qu’ils pouvaient s’emparer de la 5e place en cas de succès, les joueurs de Jocelyn Gourvennec restent bloqués au neuvième rang (36 points).

Avec 21 unités au compteur, Metz reprend provisoirement la place de barragiste (18e) à Saint-Etienne grâce à une meilleure différence de buts.

Les Dogues devront considérablement hausser leur niveau de jeu mardi à Stamford Bridge sous peine de revivre une soirée cauchemardesque comme face au Paris SG il y a deux semaines (1-5). La timide réaction à Montpellier le week-end dernier (1-0), n’a pas été prolongée vendredi et c’est avec beaucoup de doutes que le champion de France ira défier le tenant du titre en C1.

Une animation offensive défaillante

Les Nordistes, qui ont enchaîné un deuxième clean-sheet (pas de but encaissé) pour la première fois de la saison, ont encore été très insuffisants dans l’animation offensive. Avec seulement deux buts marqués lors des quatre dernières rencontres et leur meilleur buteur Jonathan David qui est muet depuis six matches de championnat, les Dogues affichent un visage inquiétant.

Alors que le match avait failli être reporté en raison de la tempête Eunice qui a fait huit blessés graves et d’importants dégâts matériels dans les Hauts-de-France, les joueurs ont été complètement absents des débats lors de la première période.

Le niveau de la rencontre a été affligeant de part et d’autre lors des 45 premières minutes avec un déchet technique désolant, à l’image du Lillois Tiago Djalo ou du Messin Ibrahim Amadou. Hormis une tête non cadrée de Sven Botman sur corner, il n’y a eu aucune occasion ni même situation dangereuse.

Les Dogues ont multiplié les mauvais choix et se sont montrés incapables de contourner le bloc grenat, tandis que les Mosellans n’ont quasiment rien tenté. Le public a d’ailleurs copieusement sifflé les deux équipes à leur retour aux vestiaires…

Après la mi-temps, les Lillois sont revenus sur la pelouse avec de bien meilleures intentions, ne serait-ce que dans l’envie et la détermination, qui avaient été défaillantes en première période.

David pas en réussite

Rapidement, le Losc a créé le danger, avec notamment un bon déboulé de Gabriel Gudmundsson dont le centre a été détourné par Dylan Bronn (47e), puis David, qui s’est superbement emmené le ballon d’une aile de pigeon sur une ouverture de Benjamin André mais a raté sa frappe du gauche (52e).

Le Canadien, pas en réussite ces dernières semaines et qui semble à la peine physiquement, a ensuite buté sur Marc-Aurèle Caillard après avoir été lancé en profondeur par Burak Yilmaz (69e). Entre-temps, le capitaine José Fonte avait envoyé sa reprise au-dessus sur corner (59e).

Les Nordistes, à force de se découvrir pour forcer la décision, ont aussi laissé des espaces et ont failli se faire surprendre par des Lorrains entreprenants. Ainsi, Botman a contré de justesse une frappe de Louis Mafouta (65e), et après un sauvetage de la tête du Néerlandais, c’est Fonte qui a détourné de justesse un tir à bout portant de Farid Boulaya qui avait bien suivi (68e).

La fin de match a été tendue avec l’exclusion du Lillois Edon Zhegrova (90e) et celle de l’entraîneur mosellan Frédéric Antonetti pour une altercation avec le coordinateur sportif nordiste Sylvain Armand (90e+5).

Le Losc, qui a également perdu sur blessure son ailier anglais Angel Gomes, a connu une très mauvaise soirée et n’a pas préparé au mieux son choc face à Chelsea…