L1: à Lille, Jonathan David enfin décisif

Le milieu canadien de Lille, Jonathan David (d), aux prises avec le milieu de Reims, Mathieu Cafaro, lors du match de Ligue 1 à Villeneuve-d’Ascq, le 17 janvier 2021
/ © 2021 AFP

Buteur décisif lors des deux derniers matches du Losc, Jonathan David voudra confirmer qu’il a passé un cap dimanche (17h00) lors la réception de Dijon, pour attester enfin des espoirs placés en lui lors du dernier mercato.

Recrue la plus chère de l’histoire du club (27 millions d’euros), le Canadien éprouvait les pires difficultés dans le dernier geste depuis son arrivée cet été. Il avait même dû attendre le 22 novembre pour ouvrir son compteur avec le club nordiste, dans un match largement remporté face à Lorient (4-0).

Arrivée à la dernière minute d’une rencontre déjà pliée et où tous ses partenaires semblaient ne jouer que pour le faire marquer, la délivrance n’avait pas lancé de série. Malgré un but deux semaines plus tard contre Monaco (2-1), l’attaquant a continué à avoir du déchet dans son jeu.

Concurrence affûtée

Son bilan statistique brut reste d’ailleurs modeste: 27 apparitions toutes compétitions confondues, dont 21 titularisations, pour seulement 4 buts et 3 passes décisives. Loin des 37 buts inscrits en deux saisons avec La Gantoise, ses premières chez les professionnels, mais aussi de ses 11 en 12 sélections internationales.

Petit à petit, la situation semble pourtant s’améliorer pour celui qui vient de fêter ses 21 ans. “Il travaille. Il a évidemment plus de repères par rapport à ses partenaires. La coupure lui a permis aussi d’analyser sa première partie de saison, qui était évidemment insuffisante dans les stats”, a jugé Christophe Galtier après la victoire contre Rennes dimanche.

L’entraîneur lillois, qui souligne régulièrement l’investissement de son joueur à l’entraînement, avait dans l’idée d’installer une attaque à deux dont il serait le leader et qui serait complétée par Burak Yilmaz, Timothy Weah voire Yusuf Yazici.

Malgré ses 35 ans et le changement d’environnement pour lui qui n’avait jamais joué dans un championnat d’Europe de l’Ouest, la recrue Yilmaz s’est imposée comme un exemple dans l’attitude et l’efficacité (9 buts en Ligue 1). Et comme Yazici a flambé en inscrivant deux triplés en Ligue Europa dans une position plus avancée que celle qu’il occupait habituellement, David a dû se battre pour garder sa place.

“Il le mérite”

Premier sorti contre Angers (1-2) puis remplaçant à Nîmes (1-0) lors des deux premiers matches de la nouvelle année, il a profité de la blessure du plus âgé des deux Turcs pour se relancer. Et marqué deux buts de renard sur des ballons mal repoussés par les gardiens adverses.

Un registre de pur numéro 9 pour un attaquant complet, qui évoluait un cran plus bas en Belgique. “Il n’est pas transformé, c’est juste une question de confiance. On savait qu’un attaquant, une fois qu’il commence à marquer…”, a dit Benjamin André après le match contre son ancien club.

“C’est un bon joueur, il vient, il décroche, il fait énormément d’efforts pour l’équipe. On est très content qu’il soit récompensé parce qu’il le mérite”, a ajouté le milieu de terrain.

Leader des différentes statistiques de pressing dans le camp adverse, bon passeur, Jonathan David permet au Losc d’être équilibré. Un travail de l’ombre qui démontrait une attitude volontaire mais ne levait pas les doutes naissants sur le réel talent d’un attaquant encore très jeune.

Des interrogations qu’il commence à lever et qui permettent au Losc, toujours collé au Paris Saint-Germain au classement, de continuer à croire au titre de champion.