L1: à Bordeaux, Hwang a pris le relais

L’attaquant sud-coréen des Girondins Hwang Ui-jo (g) fête un but avec son coéquipier Hatem Ben Arfa, lors d’un match contre Angers, à Bordeaux, le 24 janvier 2021
Par Raphael PERRY / © 2021 AFP

Dépendant d’Hatem Ben Arfa lors de la phase aller, Bordeaux profite à plein de la réussite de son avant-centre sud-coréen Hwang Ui-jo, qui offre de nouvelles perspectives à son équipe, septième de Ligue 1, avant d’aller à Lyon, vendredi.

Et si l’attaquant tant espéré par Jean-Louis Gasset pour renforcer son équipe figurait déjà dans son effectif? La saison dernière, sa première en France, Hwang s’est fait une petite réputation par ses frappes de loin en venant de la gauche, faisant mouche à trois reprises.

Juste avant le confinement du printemps, l’ancien du Gamba Osaka, 28 ans, a aussi brillé de la tête, avec trois nouvelles réalisations, dont une sur la pelouse du Paris SG.

Puis, à l’instar d’autres de ses partenaires, il lui a fallu digérer la longue coupure due à la pandémie et le changement cet été d’entraîneur.

Pendant un trimestre, Gasset a cherché la bonne formule, testant les associations quand Ben Arfa a débarqué en octobre et brillé (2 buts, 4 passes décisives).

Mais ni l’Anglais Josh Maja (2 buts), ni Nicolas De Préville, en perte totale de confiance (0 but), ni le vétéran Jimmy Briand, auteur de son 100e but en L1 mais peu utilisé (1 seule titularisation), n’ont réussi à faire la maille en pointe.

Pas plus que Hwang d’ailleurs, aux appels en profondeur souvent inspirés mais rarement perçus par ses partenaires.

“Le joueur idéal” pour Gasset

Comme la confiance vient en marquant, le Sud-Coréen s’est ressourcé en sélection, avec 2 buts en novembre contre le Mexique et le Qatar, lors de matches amicaux.

A son retour, après avoir été isolé car cas contact d’un compatriote positif au Covid-19, il a frappé à la porte de son entraîneur, accompagné de son traducteur, pour lui demander d’être replacé dans l’axe, “mon poste préférentiel”, a-t-il avoué mercredi.

Et voilà comment Hwang, plutôt positionné sur un côté jusque-là, a repris son envol, avec quatre buts et une passe décisive en cinq titularisations comme avant-centre, dont ce doublé express dimanche face à Angers (2-1) à une heure (13h00) de grande écoute au Pays du Matin calme qui n’a d’yeux ces derniers temps que pour les exploits de Son Heung-min à Tottenham.

Le Sud-Coréen possède une palette technique fournie: frappe décroisée du droit contre Saint-Etienne (défaite 2-1), croisée du gauche contre les Rémois (défaite 1-3) après un raté mémorable, démarquage parfait à Nice sur une offrande de Yacine Adli pour l’ouverture du score (victoire 3-0). Avant, contre le SCO, d’enchaîner un but de renard et un autre de classe avec crochet en pleine course et plat du pied plein de sang froid.

“En ce moment, Hwang est notre attaquant numéro un. Il a un truc que les autres n’ont pas: il prend la profondeur et il fait beaucoup d’efforts. Dans le pressing, il est présent et il est très courageux”, apprécie Gasset, qui, contraint de rééquilibrer son équipe en difficulté face à Angers, l’a décalé sur un côté à l’heure de jeu.

“Il n’a pas rechigné, il a contré, a couru. C’est le joueur idéal pour un entraîneur”, se félicite le technicien.

Irréprochable au niveau du comportement, le toujours souriant Hwang, sous contrat jusqu’en 2023, ne semble pas rassasié. “En début de saison, je me suis fixé de franchir la barre des 10 buts. Je sais que ce ne sera pas facile mais je vais tout faire pour l’atteindre”, espère celui qui va passer trois tests sérieux de compétence lors de la prochaine quinzaine face à Lyon, Lille et Marseille.