L1: à Angers, Baticle prépare la relève, Chabane cherche un investisseur

Le nouvel entraîneur d’Angers, Gérald Baticle, en conférence de presse au stade Raymond-Kopa d’Angers, le 27 mai 2021
/ © 2021 AFP

Le nouvel entraîneur d’Angers, Gérald Baticle, a expliqué jeudi à la presse son ambition de donner “une nouvelle impulsion” au club, tandis que le président Saïd Chabane a confirmé qu’il cherchait à ouvrir le capital pour “passer à une étape supérieure”.

Après dix ans de bail de Stéphane Moulin, l’ancien entraîneur adjoint de Lyon s’est inscrit dans la continuité de l’entraîneur emblématique, promettant seulement “des touches d’amélioration et du renouveau dans la construction du jeu”.

Engagé pour quatre ans, il entend “garder une grande partie de l’animation défensive qui fait que le SCO est une équipe difficile à jouer et apporter un plus dans les phases offensives pour faire encore plus peur à l’adversaire”.

Agé de 51 ans, Baticle a débuté sa carrière d’entraîneur avec les jeunes de l’AJ Auxerre, dont il avait été un bon avant-centre. Après un passage de quelques mois à Brest (2008-2009), alors en Ligue 2, il avait pris ses quartiers en 2011 comme adjoint à Lyon.

Depuis son arrivée lundi, il a passé des heures à visionner des matches d’Angers, et s’est longuement entretenu mercredi avec Moulin, pour préparer la reprise, essayer de convaincre des joueurs en fin de contrat de rester (Capelle, Coulibaly) et définir les profils à cibler pour le mercato.

Si le club compte sur une vente de son meneur de jeu Angelo Fulgini pour investir, sa marge de manoeuvre sera réduite, dans la mesure où le club a perdu 37 millions d’euros depuis mars 2020 du fait de la crise sanitaire et du fiasco de Mediapro, et doit se préparer à des moyens réduits la saison prochaine, a expliqué M. Chabane. Selon lui, il faudra amputer de dix millions d’euros une masse salariale montée à 25 millions d’euros cette saison.

Parallèlement, comme il l’avait annoncé à plusieurs reprises ces dernières années, M. Chabane a confirmé avoir mandaté un cabinet pour trouver un nouvel investisseur. Au-delà de la conjoncture, cette démarche “vient répondre à un besoin de progression du club”, a assuré le président, qui n’envisage pas de se retirer mais se dit prêt à “laisser la place” si un “partenaire puissant” souhaite devenir majoritaire.

Les soucis extra-sportifs ne manquent pourtant pas: M. Chabane est poursuivi pour des agressions sexuelles, le club est en conflit aux prud’hommes avec Olivier Pickeu, son directeur sportif emblématique licencié l’an dernier, et une menace d’interdiction de mercato plane encore après un transfert louche.

“Ca ne m’a pas effrayé”, a assuré Gérald Baticle. “J’ai vu aussi les côtés positifs du SCO, il y a des moyens de faire de belles choses. Les problèmes, il y en a dans tous les clubs. Ils vont être réglés les uns après les autres, ils ne sont pas si importants que ça”.