Juan Fernando Quintero, avec River Plate, contre Al Ain à Abou Dhabi, le 18 décembre 2018
/ © 2019 AFP

Le milieu offensif international colombien Juan Fernando Quintero a demandĂ© lundi des explications sur la disparition de son père il y a 24 ans, alors qu’il effectuait son service militaire sous les ordres du nouveau chef de l’armĂ©e de terre.

“Je ne souhaite pas profiter de la prise de fonctions du nouveau gĂ©nĂ©ral de l’armĂ©e de terre (Enrique) Zapateiro (…), mais j’espère pouvoir entamer un dialogue très prochainement et savoir ce qui s’est passĂ©”, a dĂ©clarĂ© le joueur de River Plate, en Argentine, sur son compte Twitter.

“J’ai le droit en tant que fils de savoir ce qui est arrivĂ© Ă  mon père (…) parce que j’ai souffert et j’ai vu ma famille souffrir de problème psychologiques”, a ajoutĂ© Quintero, qui n’Ă©tait âgĂ© que de deux ans au moment de la disparition de son père Jaime Quintero en 1995.

Le gĂ©nĂ©ral Zapateiro, alors capitaine dans l’unitĂ© oĂą servait Jaime Quintero, a Ă©tĂ© blanchi par la justice en 2001, mais les proches du disparu continuent Ă  lui demander oĂą il se trouve.

Jaime Quintero avait disparu en 1995 alors qu’il effectuait son service militaire dans une base de l’armĂ©e de terre Ă  Carepa, dans le nord-est du pays.

Selon sa famille, Enrique Zapateiro aurait ordonnĂ© Ă  Jaime Quintero de se rendre Ă  Medellin, après une altercation prĂ©sumĂ©e entre les deux hommes au sujet d’actes d’indiscipline, mais il n’est jamais arrivĂ© Ă  destination.

Dans cette affaire, “il n’y a aucune preuve de la responsabilitĂ© du capitaine commandant (…) Eduardo Enrique Zapateiro Altamiranda, aujourd’hui dĂ©signĂ© commandant de l’armĂ©e de terre, ni contre aucun membre de l’armĂ©e nationale”, dĂ©clare l’armĂ©e de terre dans un communiquĂ© diffusĂ© sur son site internet.

En Colombie, 83.000 personnes ont disparu en plus de 50 ans de guerre civile, selon le Centre national de la mémoire historiqueun organisme officiel

, soit près de trois fois plus que sous les dictatures en Argentine, au Brésil et au Chili dans la deuxième partie du XXe siècle.