Italie: tout Arrigo Sacchi, de Fusignano à Fusignano

L’ancien entraîneur de la sélection italienne et du Milan AC Arrigo Sacchi pose devant les répliques des deux Ligues des champions remportées avec le Milan AC en 1989 et 1990 au Musée San Rocco de Fusignano, pour l’exposition “Oltre il Sogno, L’emozione del calcio totale di Arrigo Sacchi” qui lui rend hommage, le 8 septembre 2021
/ © 2021 AFP

A Fusignano (Emilie-Romagne), où il a appris son métier d’entraîneur chez les amateurs, Arrigo Sacchi expose les souvenirs d’une riche carrière, entre maillots signés par Paolo Maldini et Diego Maradona et les deux Ligues des champions gagnées avec l’AC Milan.

“Cette exposition (jusqu’au 7 novembre), c’est pour exprimer ma gratitude envers le village qui m’a fait jouer au football, d’abord, puis m’a fait devenir entraîneur”, explique à l’AFP le “Mage” de Fusignano, 75 ans, assis à proximité des deux répliques grandeur nature de la “Coupe aux grandes oreilles”, soulevée en 1989 et 1990 avec les Rossoneri.

L’ex-entraîneur, qui réside à un jet de ballon du musée San Rocco, y dévoile ses souvenirs personnels (photos, trophées, diplômes, maillots…), reliques sportives au milieu des oeuvres d’art religieuses de la collection permanente de l’établissement.

L’occasion de marcher sur ses traces, de ses premiers pas comme joueur amateur à son passage au poste de sélectionneur de l’équipe d’Italie (1991-1996) en passant par les années de gloire milanaises (1987-1991) et la brève expérience de dirigeant au Real Madrid (2005).

“Personne ne m’a regretté!”

“J’espérais devenir un bon joueur, mais j’ai compris à 19 ans que je ne deviendrais pas un grand footballeur et j’ai préféré arrêter. Personne ne m’a regretté! Je me suis marié, j’ai travaillé dans l’usine mon père”, décrit Sacchi.

Le bibliothécaire de Fusignano, Alfredo Belletti, le pousse alors à tenter l’aventure comme “mister”, comme on appelle les entraîneurs en Italie: “Il m’a dit: +Allez, si tu ne peux pas jouer, fais donc l’entraîneur+. On avait perdu tous les matches de préparation, mais ensuite on a tout gagné sauf un match et on a gagné le championnat. C’était un bon début… Je suis resté trois ans, puis je suis parti dans une autre ville, en semi-professionnel.”

Dans l’exposition, trône son premier diplôme d’entraîneur, datant de 1975, au milieu des photos et des vidéos qui suivent chronologiquement l’ascension de Sacchi.

Lequel a gravi petit à petit les échelons et les divisions jusqu’à convaincre Silvio Berlusconi, qui l’engage à Milan. Un club avec qui Sacchi va séduire l’Europe entière avec son jeu offensif et spectaculaire, en s’appuyant sur des stars comme Ruud Gullit et Marco Van Basten.

Plusieurs trophées de “meilleur entraîneur” témoignent de cette période dorée.

Mais s’il chérit ces prix individuels et les cadeaux de ses amis, comme ce maillot de Naples offert par Diego Maradona, Sacchi a surtout conservé énormément de photos d’équipes. Pas surprenant de la part d’un entraîneur qui s’enorgueillit d’avoir toujours préféré “miser sur le jeu et l’équipe, plutôt que sur les individualités et les stars”.